4 raisons de considérer les erreurs comme intelligentes

4 raisons de considérer les erreurs comme intelligentes

 

1. Apprendre, c’est comprendre pourquoi on se trompe !

Les erreurs sont un sujet de discussion qui soulèvent les passions. Dans la conception traditionnelle, et bien répandue à l’école, l’erreur est toujours quelque chose de négatif. Elle se pense en termes de manque (ignorance, non acquisition ou non maîtrise, absence de travail ou d’efforts). La responsabilité de l’erreur est donc souvent renvoyée du côté de l’enfant (qui n’a pas écouté, qui n’a pas assez travaillé, qui n’a pas bien lu l’énoncé, qui a mal compris, qui ne s’est pas forcé), exceptionnellement du côté de l’adulte (parent ou enseignant qui a mal expliqué).

Dans la conception traditionnelle, il suffit donc de combler ce manque et de :

  • réexpliquer,
  • encourager les enfants à travailler par des récompenses
  • punir pour qu’ils se mettent au travail,
  • proposer de nouveaux exercices pour s’entraîner plus.

L’objectif est de remplacer l’erreur par la vérité et cette correction passe nécessairement par la prise en compte de la parole de l’adulte.

Pourtant, apprendre, c’est comprendre pourquoi on se trompe. C’est seulement quand l’erreur est acceptée des deux côtés (enfants et adultes) que tout devient possible : réflexion, apprentissage, progression, création, innovation, invention !

 

si vous n'êtes pas prêts à vous tromper vous ne trouverez jamais rien d'original

 

2. C’est parce que je me trompe que je suis en train d’apprendre !

Il incombe donc aux adultes de dédramatiser l’erreur, de faire comprendre que l’erreur fait partie du processus d’apprentissage : c’est parce que je me trompe que je suis en train d’apprendre ! Une fois que l’enfant a compris qu’il faut pouvoir se tromper pour apprendre, il pourra lui donner un rôle positif.

Dans ce cas, l’adulte s’intéressera plus à faire expliciter  par l’enfant ce qu’il a voulu faire, plutôt qu’à ce qu’il a mal fait ou pas fait. L’adulte pourra ainsi tenter d’identifier les connaissances sur lesquelles s’appuie le raisonnement de l’enfant et en déterminer les origines possibles.

L’erreur n’est pas seulement l’effet de l’ignorance, de l’incertitude, du hasard […] , mais l’effet d’une connaissance antérieure, qui avait son intérêt, ses succès, et qui, maintenant, se révèle fausse ou simplement inadaptée. – G. Brousseau (didacticien des mathématiques)

 

Dans leur livre La pédagogie positive, Audrey Akoun et Isabelle Pailleur vont également en ce sens quand elles écrivent qu’il n’y a pas d’erreurs bêtes, il n’y a que des erreurs intelligentes.

 

3. Les erreurs utilisées comme leviers de progression dans le travail scolaire

Dans leur livre Donner l’envie d’apprendre, Alain Sotto et Varinia Oberto proposent plusieurs pistes pour utiliser efficacement les erreurs dans le travail scolaire des enfants :

 

De l’importance des corrections personnelles

80% des corrections faites en classe ne seraient ni mémorisées ni comprises par les élèves. Il serait donc pertinent d’accompagner les enfants à la maison dans la relecture de leurs exercices et évaluations corrigés en classe.

L’idée est à la fois d’analyser les erreurs mais aussi de valoriser les points difficiles surmontés. Ce regard sur les réussites permet de mesurer les progrès et de consolider la confiance en soi de l’enfant. Cela peut poser par des questions comme : Comment as-tu fait ? Par quoi as-tu commencé ? A quelle leçon/ à quel autre exercice cela te fait-il penser ? Comment aurais-tu pu faire différemment ?

 

Identifier la cause des erreurs

Un problème de mémorisation ?

L’enfant peut se demander : Qu’est-ce que je croyais savoir à ce sujet ? Qu’est-ce que je sais maintenant ?

Si l’enfant a du mal à mémoriser, vous trouverez des astuces pour faciliter la mémorisation dans ces articles :

Les 4 clés de la mémorisation efficace : à tester avec vos enfants : imagination, association, verbalisation et émotion (auxquelles on pourrait ajouter manipulation)

Les 7 conditions d’une bonne mémoire

Un problème de savoir-faire et d’application des connaissances ?

L’enfant connaît la leçon mais ignore quand et comment l’appliquer. Lors de la mémorisation d’une connaissance (une règle, un théorème, une définition, une date), l’enfant peut se demander : Quand et comment vais-je avoir à l’utiliser ?

L’élève peut aussi passer par les 5 questions de la compréhension pour s’assurer qu’il maîtrise la compréhension au delà de la simple mémorisation :

C’est quoi ?

Pour quoi faire ?

Comment ?

Avec quoi ?

Pourquoi ?

objectif mémoire les cinq questions de la compréhension

Illustration tirée du livre Objectif Mémoire de Hélène Weber

Un défaut d’automatisation ?

Il s’agit de transformer des savoirs en réflexes pour libérer l’esprit et appliquer automatiquement des règles. Ceci est notamment très important en orthographe. Alain Sotto et Varinia Oberto écrivent  : »Si, dans un texte, les règles sont nombreuses, leur esprit débordé ne peut travailler correctement. Libérer son espace mental grâce à des réflexes, c’est récupérer de l’énergie, travailler mieux et de façon moins fatigante. » En langage plus savant, c’est ce qu’on appelle la surcharge cognitive.


Dans le processus d’apprentissage de la conduite, nous procédons de cette manière : nous ne faisons même plus attention quand nous passons une vitesse, mettons un clignotant ou regardons dans notre rétroviseur avant de doubler. Et c’est la raison pour laquelle nous sommes capables d’écouter de la musique ou de bavarder tout en conduisant.

Mais cette automatisation ne peut se faire qu’avec de l’entrainement : l’enfant ne peut se contenter d’apprendre, il doit utiliser souvent ce qu’il apprend. Par exemple, la mémorisation des tables de multiplication sera d’autant plus efficace que l’enfant les mobilisera dans des opérations de multiplication ou/et de division en plus de la récitation orale par cœur.

 

Vérification et relecture

Compréhension de la consigne

Dans la résolution de problème, dans l’étude de documents ou encore dans la rédaction d’un production écrite, la compréhension de la consigne est essentielle.

Il peut exister plusieurs réponses et/ou plusieurs méthodes d’arriver à une même réponse.

Il s’agit d’apprendre à vérifier que l’on répond bien à la question.

Cela peut passer par l’identification de mots clés, par la lecture de toutes les questions d’un devoir pour en déduire l’enchaînement logique, parfois même la réponse à une question est donnée dans la question suivante. L’enfant peut ensuite mobiliser ses connaissances et voir quelles sont celles qui s’appliquent dans ce cas précis.

Près de 50% des échecs (erreurs, contre sens, incompréhension, trous noirs) sont dus à la précipitation, à une lecture trop rapide de ce qui est demandé.

Relecture

La relecture en cours de travail et à la fin permet d’auto corriger un certain nombre d’erreurs. Cette relecture est encore plus efficace quand l’enfant la fait en fonction des erreurs relevées dans les contrôles précédents.

Les leçons apprises

L’enfant peut vérifier s’il a bien retenu les connaissances qu’il avait à apprendre en se posant des questions : Qu’ai-je retenu d’important ?

Il peut faire l’exercice de les mettre sous forme de Mind Map afin d’en tirer la quintessence.

Réfléchir, c’est au moins autant se poser des questions qu’apporter des réponses.

 

Travailler à haute voix

Dans leur livre Donner l’envie d’apprendre, Alain Sotto et Varinia Oberto expliquent  que les enfants à qui l’on demande de prononcer les mots d’une dictée font beaucoup moins de fautes d’orthographe que ceux qui les écrivent sans remuer les lèvres.

Le travail à haute voix est un soutien efficace car :

  • le fait de s’entendre sollicite un canal supplémentaire de mémorisation,
  • l’enfant qui apprend à voix haute a moins tendance à rêvasser,
  • un erreur peut « sonner » à l’oreille alors qu’elle ne déclenche pas de réaction à l’écrit (par exemple, en conjugaison),
  • la relecture à haute voix permet d’identifier les répétitions, les lourdeurs, les erreurs de syntaxe dans un texte,
  • l’enfant apprend ainsi à se parler dans sa tête.

 

4. Les erreurs sont de merveilleuses opportunités d’apprentissage dans la vie de famille : le courage d’être imparfait comme adulte et comme enfant

Jane Nelsen base son concept de Discipline Positive sur l’intégration de l’erreur dans le processus d’apprentissage. Elle affirme qu’il serait merveilleux de dire à l’enfant :

Tu t’es trompé. C’est fantastique ! Qu’apprends-tu de cette erreur ?

 

Elle donne dans livre La discipline positive quelques pistes en famille :

  • Chacun pourrait par exemple partager son « erreur du jour » et la leçon qu’il en a tirée,
  • Partir de ce qui est réussi et se centrer sur les forces avant de demander à l’enfant d’évaluer son erreur pour continuer ce qui est bien et progresser
  • Ne pas se précipiter pour intervenir quand les enfants se trompent pour leur apprendre à résoudre des problèmes par eux-mêmes.

 

Jane Nelsen écrit que si les enfants considèrent les erreurs comme marques de faiblesse, alors ils auront tendance à se sentir inadéquats et découragés alors qu’intégrer les erreurs dans le processus d’apprentissage permet de les assumer et d’en faire un exercice enrichissant :

Je me demande ce que je vais apprendre de cette erreur.

 

Elle considère l’outil des 3 « R » de la réparation comme un moyen de transmettre le courage d’être imparfait. Ces 3 « R » utilisés aussi bien par les enfants que par les parents permettront d’apprendre des erreurs, de réparer ce qui est fait et d’améliorer les relations familiales.

les erreurs sont des opportunités dapprentissage

 

…………………………………………………………………………………………………………………………

Sources :

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. nawel chou dit :

    Bonjour,
    enfin un site où je trouve des réponses à mes soucis, merci infiniment pour tout les articles c’est vraiment trés intéressent.

    • Caroline dit :

      Bonjour

      merci d’avoir pris le temps de me laisser un message.
      Les messages des lecteurs et lectrices sont des petits bonheurs quotidiens 🙂

      Bonne journée
      Caroline

  2. Belmas dit :

    Ça y est votre site est enregistré dans mes favoris et partagé sur facebook. Merci !

    • Caroline dit :

      Bonjour,

      merci pour votre message que je prends comme un témoignage de confiance et qui m’encourage à continuer à écrire sur le blog :-).

      Bonne journée,
      Caroline

  3. LOIZEAU Micheline dit :

    Une bouffée d’oxygène à la fin d’une journée difficile. Merci.

  4. Brun Corinne dit :

    Enfin un endroit où l’on parle des erreurs comme quelque chose de positif ! Il serait temps que toute la société s’y mette, à commencer par les parents !!!! Merci pour cet arrticle.

    • Caroline dit :

      Et merci d’avoir pris le temps de laisser un petit message 🙂 Le blog se nourrit des commentaires des lecteurs et lectrices !

  1. 5 janvier 2015

    […] Je vous invite à lire l’article sur les erreurs intelligentes pour accompagner votre enfant ou vos élèves dans cette voie et les autoriser à laisser libre court à leurs idées : Les erreurs intelligentes. […]

  2. 6 décembre 2015

    […] N°1. Les cécités de la connaissance : 4 raisons de considérer les erreurs comme intelligentes […]

  3. 23 décembre 2015

    […] 4 raisons de considérer les erreurs comme intelligentes […]

  4. 29 janvier 2016

    […] l’erreur comme source d’apprentissage […]

  5. 12 avril 2016

    […] pourquoi on se trompe ! C’est parce que je me trompe que je suis en train d’apprendre. Les erreurs sont des leviers de […]

  6. 2 juillet 2016

    […] les erreurs comme des opportunités pour apprendre (« Je ne perds jamais : soit je gagne, soit […]

  7. 11 octobre 2016

    […] faire suite à mes article au sujet des erreurs et de l’écriture, je vous propose quelques pistes pour corriger les erreurs lors […]

  8. 16 novembre 2016

    […] pourquoi on se trompe ! C’est parce que je me trompe que je suis en train d’apprendre. Les erreurs sont des leviers de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *