4 idées pour une fête de Pâques (presque) zéro déchet avec les enfants

4 idées pour une fête de Pâques (presque) zéro déchet avec les enfants

4 idées pour une fête de Pâques (presque) zéro déchet

Dans nos sociétés, la fête de Pâques va bien au-delà de sa signification religieuse. Elle signifie la renaissance du printemps et est l’occasion de se retrouver en famille pour marquer symboliquement ce changement de saison.

La société de consommation est passée par là et a fait de cette fête une « orgie » de chocolat… à tel point qu’il n’est pas rare que certains chocolats ramassés par les enfants finissent par blanchir au fond d’une boîte pendant plusieurs mois.

Dans leur livre La Famille presque zéro déchet, Jérémie Pichon et Bénédicte Moret proposent 4 pistes pour une fête de Pâques durable et presque zéro déchet avec les enfants :

1.Remplacer (en tout ou partie) les oeufs en chocolat par des objets en bois (ou autre matériau)

Pour garder l’aspect ludique de la chasse aux oeufs, il est possible de remplacer les sujets en chocolat par des objets durables : oeufs/poules/lapins en bois et peints par les enfants (avant ou après la chasse).

L’idée est de choisir moins d’objets mais des objets beaux et qui pourront être conservés (cela peut également être des billes, des billes chinoises, des perles..). Ces objets pourront être déposés dans une « boîte aux trésors » qui sera ressortie chaque année pour les cacher à nouveau. Les enfants pourront également jouer tout au long de l’année avec ces objets.

Par ailleurs, les enfants pourront re-cacher eux-mêmes les objets pour une deuxième (voire une troisième) chasse aux oeufs.

2.Réduire (et supprimer si possible) les emballages

Pour une fête de Pâques zéro déchet, il est possible d’acheter des chocolats en vrac ou, du moins, de limiter les emballages individuels. Certains magasins bios vendent du chocolat en vrac. Ce chocolat est généralement proposé sous forme de palets mais cela peut être l’occasion d’un atelier cuisine avec les enfants : faire fondre le chocolat et utiliser des moules ou emporte-pièces pour créer des sujets en chocolat faits maison. Les enfants pourront y ajouter des fruits secs, des oléagineux (amandes, noisettes…) en miettes, du caramel (home made of course) ou d’autres ingrédients qui leur plaisent.

Les chocolatiers proposent également des oeufs et sujets en chocolat sans emballage individuel. Il est possible de se rendre chez un artisan chocolatier avec un sac en tissu ou une boîte type Tupperware (la tare pouvant être faire par le chocolatier) pour éviter les emballages en papier.

Dans le jardin, les oeufs « nus » peuvent être déposés dans des sacs ou pochettes en tissu, dans des petits récipients réutilisables, dans des petits paniers en matières naturelles…

Ici, tout est imaginable et la créativité est la bienvenue. Pourquoi ne pas utiliser des chaussettes trop petites en guise d’emballage pour cacher quelques oeufs ? Ou bien des chutes de tissu pour les envelopper ? Ici aussi, les enfants peuvent être mis à contribution pour créer/ décorer les emballages maison.

3.Choisir du chocolat bio et/ou local/ et/ou équitable pour les enfants

Quand le chocolat est choisi avec soin, il est généralement plus cher que celui proposé en supermarché. Le fait d’acheter du chocolat plus cher a pour conséquence d’en acheter moins et, donc, de réduire la surconsommation.

Jérémie Pichon et Bénédicte Moret nous invitent à la modération au profit de labels commerce équitable (type Max Havelaar), d’artisans chocolatiers locaux ou encore de chocolats labellisés bio.

4.Faire du troc

Jérémie Pichon et Bénédicte Moret émettent une idée pour remettre un peu de jeu dans la tradition de Pâques au-delà de la simple consommation de chocolat. Ils proposent aux enfants de peindre sur des galets ou sur des objets en bois quelques jours avant Pâques. Le matin de la chasse, les parents les cacheront. Ces objets peints pourront ensuite être échangés contre du chocolat à la fin de la chasse.

Cette idée permet d’éviter que les chocolats sans emballage soient en contact avec la terre ou les herbes ou bien de fondre dans des emballages en tissu.

………………………………………………………………….

Sources :

 

1 réponse

  1. JEAN-PHILIPPE dit :

    C’est vrai qu’on devrait limiter la consommation de ces cochonneries. C’est pas du chocolat mais du sucre surtout. Bonjour l’éducation nutrionnelle ! Au passage , je vous remercie pour « Mon petit cahier d’éducation positive que j’ai acheté en passant par votre lien » Il est excellent, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.