Les neurosciences en faveur de l’éducation bienveillante (Catherine Gueguen)

Les preuves des neurosciences en faveur de l’éducation bienveillante (Catherine Gueguen)

Catherine Gueguen est pédiatre et a publié le livre « Pour une enfance heureuse » que je cite régulièrement sur le blog :-). Je vous laisse découvrir son intervention sur les neurosciences affectives et l’éducation :

Le rôle vital des émotions dès la plus tendre enfance

Les émotions sont importantes à connaître et à reconnaître pour plusieurs raisons :

  • les émotions ne sont ni bonnes ni mauvaises, elles constituent  une réaction biologique à un événement extérieur

Quand on est connecté à ses émotions, on sait qui on est et on peut orienter notre vie vers ce qui nous correspond profondément.

Les émotions sont des renseignements, des signaux pour nous dire : tu en es à ce point là, essaie d’aligner ta vie avec ce que tu voudrais profondément être.

Il est alors nécessaire d’accueillir toutes les émotions chez soi et chez les autres sans jugement.

  • l’expression verbale des émotions est source de bien-être (à l’inverse la répression des émotions est source de stress)

Pour dire quand on est anxieux, triste, déçu ou encore en colère va apaiser une partie de notre cerveau. Cela nous déstresse littéralement de parler de toutes nos émotions (agréables et désagréables).

Ecouter les émotions des autres avec bienveillance est alors un grand cadeau à leur faire.

 

Le cerveau de l’enfant est immature et fragile

Jusqu’à 5/6 ans, l’enfant est traversé par de véritables tempêtes émotionnelles et ne peut vraiment pas se calmer seul. L’enfant vit ses émotions sans filtre : ce sont de grands chagrins (même pour ce qui semble une broutille à l’adulte), de grandes peurs (même pour ce qui semble anodin à l’adulte), de grandes colères (qui ressemblent à des comédies pour les adultes). Les fonctions de son cerveau qui lui permettraient d’analyser la situation et de prendre du recul afin de se calmer ne sont pas matures. émotions enfants éducation

Si l’enfant est laissé seul avec ses peurs, sa frustration, ses angoisses ou ses colères, son organisme sécrète des molécules de stress très toxiques pour son cerveau fragile. Quand on envoie un enfant se calmer seul dans sa chambre, quand on gronde un enfant parce qu’il fait un caprice, on inhibe la maturation de son cerveau.

Les recherches en neurosciences nous aident à comprendre que l’enfant ne peut rien faire face à ses tempêtes émotionnelles et qu’il est inutile de le menacer ou de le punir.

Une attitude chaleureuse, empathique et bienveillante fait maturer le cerveau de l’enfant d’un point de vue intellectuel et affectif

Quand les adultes sont capables d’apaiser, de sécuriser, de consoler et d’accueillir les émotions de l’enfant, différentes parties du cerveau de ce dernier croissent :

  • le cortex préfrontal

Plus le cortex préfrontal est développé, plus l’enfant développe sa capacité à l’empathie, à faire des choix, à aimer, à avoir un sens éthique et à gérer ses émotions.

  • l’hippocampe

L’hippocampe occupe une place centrale dans l’apprentissage et la mémoire. Le fait de soutenir et d’encourager les enfants dès la plus jeune enfance dope la croissance de l’hippocampe : une éducation bienveillante peut donc favoriser les apprentissages d’un point de vue neurologique.

Quand un enfant est stressé (par des menaces, du chantage, des humiliations, des coups, de l’isolement…), il sécrète de l’adrénaline et du cortisol à des taux trop élevés. Le cortisol a un effet toxique et détruit des neurones dans le cortex préfrontal et dans l’hippocampe.

Les interactions avec les adultes modifient en profondeur la structure du cerveau de l’enfant. Un enfant laissé souvent seul en proie à une tempête émotionnelle, un enfant dont les émotions ne sont pas écoutées ou, pire, niées devient peu résistant au stress : il sera plus sensible à l’anxiété et plus enclin à l’agressivité.

L’attitude idéal des adultes avec les enfants est de :

  • mettre des mots sur les émotions des enfants (tu es triste/ fâché/ déçu/ en colère/ dégoûté/ tu as eu peur…)
  • comprendre l’émotion (tu es… parce que… et c’est difficile pour toi)
  • apaiser l’enfant par le ton de la voix et l’attitude, par des contacts physiques

Qu’est-ce qui se passe dans le cerveau de l’enfant quand nous nous montrons empathiques et chaleureux ?

A chaque fois qu’un être humain est dans une ambiance agréable, avec une personne empathique, chaque fois qu’un regard bienveillant est posé sur lui ou qu’il reçoit des caresses, des gestes tendres, des sourires, son organisme sécrète de l’ocytocine.

ocytocine éducation

L’ocytocine est une hormone qui permet de :

  • faire preuve d’empathie envers autrui
  • faire face au stress (l’ocytocine est le meilleur anxiolytique qui soit, dixit Catherine Gueguen !)
  • donner confiance en soi
  • aimer
  • coopérer

La sécrétion d’ocytocine s’accompagne de sécrétion d’autres molécules :

  • endorphines (la molécule du bien être)
  • la sérotonine (un stabilisant de l’humeur)
  • la dopamine (la molécule qui donne plaisir à vivre, qui motive et qui rend créatif)

Quand on reçoit beaucoup d’ocytocine, pas besoin d’anti-dépresseur !

Etre empathique, bienveillant et chaleureux donne des êtres humains en bonne santé mentale. L’être humain est fait pour avoir des relations satisfaisantes. Il existe des cercles vertueux et ça vaut le coup d’apprendre l’empathie et la communication non violente (CNV) pour briser les cercles vicieux et les remplacer par des cercles vertueux.

preuves scientifiques éducation bienveillantes

 

Devenir bienveillant transforme soi-même et transforme la relation avec les autres. Cet effort sera d’autant plus récompensé que le plus important facteur de résilience est la rencontre de personnes bienveillantes, soutenantes, aimantes, aussi bien dans la vie familiale que sociale. Le cerveau humain étant plastique, l’avenir des enfants n’est pas tout tracé : des modifications positives dans les relations familiales quel que soit l’âge de l’enfant pourront « arroser » le cerveau de l’enfant :-).

Plus de ressources pour cheminer vers la bienveillance :

Introduction à la Communication Non Violente

12 propositions pour éduquer avec bienveillance

5 raisons qui expliquent les comportements inappropriés des enfants 

8 réactions non punitives face aux comportements inappropriés des enfants

 

Je vous recommande chaudement en complément la lecture du livre : Pour une enfance heureuse de Catherine Gueguen. Disponible chez votre libraire ou sur Amazon.

Vous aimerez aussi...

17 réponses

  1. GUEZ Michelle dit :

    D’avance, merci pour la newsletter.
    Bien cordialement,
    Michelle Guez

  2. Michel CLAEYS dit :

    Caroline, bravo et merci. Je visite de temps à autre ce blog, et je suis impressionné à chaque fois par sa richesse et sa pertinence. Très beau travail ! Et quelle efficacité dans la communication. Si je pouvais en prendre de la graine… Bonne continuation.

    • Caroline dit :

      Bonjour

      merci pour votre message. J’apprécie beaucoup vos écrits que j’ai relayés à plusieurs reprises (Education émotionnelle : de la maternelle au lycée).
      Je serais ravie de contribuer à la diffusion de vos autres ouvrages (j’avais notamment repéré « Pratique de l’éducation émotionnelle : Apprentissage de la relation et de la communication justes »). Par ailleurs, nous pourrions peut-être envisager une interview ou alors un article invité que vous pourriez rédiger et que je publierai avec plaisir sur mon blog ?

      Il y a beaucoup de choses envisageables, n’hésitez pas à me contacter 🙂

      Bonne journée
      Caroline

  3. michel dit :

    Je viens de découvrir votre blog et je le trouve très bien fait, captivant et très enrichissant. J’espère pouvoir recevoir la newsletter.
    Merci…
    Cordialement Valérie

  4. Duvivier Thulliez dit :

    Bonjour.
    merci pour cette belle rencontre et celles à venir.

  1. 26 juillet 2015

    […] stress qui en résultent ont des effets dommageables sur le développement du cerveau (voir cette vidéo pour les explications […]

  2. 23 octobre 2015

    […] L’éducation bienveillante validée par les neurosciences (Catherine Gueguen) […]

  3. 23 novembre 2015

    […] Pour aller plus loin sur le sujet des dernières recherches neuroscientifiques en faveur de l’éducation bienveillante, je vous invite à regarder cette vidéo. […]

  4. 5 juin 2016

    […] – Un sélection de livres sur ces sujets dans la bibliothèque de Coccinelle – Le film de Marion Cuerq, Si j’aurais su… je serais né en Suède ! – Le kit d’urgence pour la colère des parents – Plusieurs conférences des intervenants du documentaire L’Odyssée de l’empathie sont aussi disponibles en ligne : Isabelle Filliozat, Catherine Gueguen… […]

  5. 23 octobre 2016

    […] 23 octobre 2016 joseederepentigny Les neurosciences en faveur de l’éducation bienveillante (Catherine Gueguen) […]

  6. 27 octobre 2016

    […] résultats de recherches sur les bonnes méthodes […]

  7. 21 novembre 2016

    […] recherches en neurosciences affectives et sociales confirment qu’une relation empathique, aimante et soutenante est […]

  8. 16 janvier 2017

    […] Je vous invite à visionner la vidéo dans cet article pour en saisir tous les enjeux : L’éducation bienveillante validée par les neurosciences. […]

  9. 9 mai 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *