La dépression post partum : quand la maternité se transforme en enfer (comprendre, aider, se faire aider)

dépression post partum

La dépression post partum touche 10% à 20% des mères

L’association Maman Blues est composée de femmes qui sont devenues mères dans des souffrances psychiques inimaginables. Pourtant, ces bouleversements émotionnels liés à la maternité ne sont pas anormaux et concernent 10% à 20% des mères. Ces dernières, souffrant de dépression post partum, sont en mode survie.

L’émotion maternelle “légale”, celle que chacun s’attend à trouver en toute mère, ne se cantonne pas à la joie, à l’attendrissement ou l’émerveillement devant son nouveau-né. – Maman Blues

Dans leur livre Tremblements de mères : La dépression post-partum, visage caché de la maternité, les membres de Maman Blues regrettent que la dépression post partum soit si peu abordée dans les médias. Les revues parentales publient des articles sur le “baby blues” mais très rarement sur la dépression maternelle. Maman Blues milite pour une plus grande diffusion des informations sur la dépression post-partum afin que les mères (mais aussi les pères) puissent mieux comprendre ce phénomène, le reconnaître et y faire face.

De nombreuses mères souffrant de dépression post partum pensent qu’elles sont les seules à souffrir à ce point, à être incapables de s’occuper correctement de leur bébé, à avoir des envies suicidaires (ces mères se disent que, si elles disparaissent, alors le bébé aura la chance d’être élevé par des personnes plus compétentes qu’elles), à penser/ dire des horreurs à leur enfant (et à leur propos) et à avoir des pensées de violence contre leur bébé (comme le jeter par la fenêtre ou à la poubelle).

Les femmes en proie à la dépression post partum se vivent comme des “monstres de mères” et vivent dans la souffrance perpétuelle et la honte.

La diffusion d’informations au sujet de la dépression post partum permettra aux mères qui en souffrent de comprendre qu’elles sont normales mais qu’elles ont besoin d’aide et à l’entourage de saisir les signaux faibles qu’elles envoient. Maman Blues estime que cette aide, “il faut l’exiger et la réclamer jusqu’à l’obtenir”.

Quelques signes de la dépression post partum

Chaque mère a sa manière d’être affectée par une dépression post partum et c’est la raison pour laquelle le livre de l’association Maman Blues est un recueil de récits de différentes mères qui s’en sont sorties.

Cette mère pourra souffrir mille morts, tout en tentant de faire bonne figure, au moins devant son bébé qui, lui, ne sera pas dupe. Elle cherchera à dissimuler coûte que coûte sa souffrance afin de se protéger d’une réalité intérieure qui, elle peut le préssentir, si elle osait s’en ouvrir, pourrait l’effondrer instantanément, en créant une brèche par où s’écouleraient une terrible hémorragie de vie, de sens, de soi… – Maman Blues

Cependant, il y a quelques signes qui peuvent alerter sur la présence d’une dépression post partum :

  • la mère a l’impression de couler, de perdre pieds, que sa vie est un enfer depuis leur accouchement
  • elle se croit devenir folle
  • elle ne dort presque plus
  • elle a des troubles de l’appétit
  • elle pleure beaucoup (souvent en cachette),
  • elle est abattue, découragée
  • elle se sent très seule
  • elle a l’impression d’un décalage entre ce qu’elle s’attendait à ressentir et ce qui survient
  • elle ne ressent pas d’amour ou d’élan pour le bébé
  • elle a peur (peur de ne pas y arriver, d’être une mauvaise mère, de faire souffrir son bébé et de l’affecter avec ses souffrances, d’hypothéquer la santé et le bonheur futur du bébé, peur d’être violente, peur de vivre et aussi peur de mourir)
  • elle a des symptômes physiques (douleur dans la poitrine par exemple)
  • elle a des pensées négatives récurrentes (du type : “si je meurs, mon enfant sera mieux avec une autre maman que moi”, “ce bébé est difficile et usant”)
  • elle a des envies suicidaires (que certaines mères mettent malheureusement à exécution en l’absence de prise en charge), d’abandon du bébé
  • elle a une impression d’étrangeté du bébé qui ne semble pas correspondre à celui qu’elle attendait
  • elle s’occupe généralement bien de son bébé, est irréprochable sur le plan des soins et du maternage (certains mères en dépression post partum allaitent leur bébé) et elle a la hantise que ses émotions réelles et ses pensées soient découvertes (tout en le souhaitant pour pouvoir être comprise, soutenue et aidée)

Il peut arriver que les mères en dépression post partum s’absorbent dans des tâches autour de l’enfant en donnant l’impression de tout faire pour le bien de l’enfant mais sans y mettre d’affect.

Avec ce type de difficulté maternelle, le bébé n’a parfois pas d’autre choix que de tomber lui-même malade, de s’effondrer à la place de la mère, alertant ainsi l’entourage ou le médecin. Et c’est donc le bébé que l’on soignera en lieu et place de sa mère, laquelle n’a pas accès à sa propre souffrance. – Maman Blues

Les membres de l’association Maman Blues préfèrent parler de “difficultés maternelles” que de dépression post partum qui est plus respectueux de l’identité et de l’histoire des mères en souffrance, “ne les épinglant pas d’office comme des mères à part, des cas psychiatriques, dans ces moments où elles ont tout autant besoin de compréhension que de soutien”.

Se confier et se faire aider

L’association Maman Blues a pour objectif, entre autres, d’inviter les mères à se confier à leur entourage ou des professionnels de santé dans le cas où des difficultés persistantes surviendraient après la naissance.

Maman Blues plaide pour le droit des mères à la bienveillance, au soutien et aux soins, à la fois de la part de l’entourage mais aussi des professionnels. Ces mères en souffrance extrême et enfermées dans la difficulté maternelle ont besoin de pouvoir se confier auprès de personnes qui sont prêtes à entendre leurs pensées profondes, parfois choquantes.

L’association Maman Blues soutient et défend les unités mère-bébé (unité de maternologie) et estime que c’est le lieu nécessaire à la prise en charge de certains mamans en proie à la dépression post partum.

……………………………….

Source : Tremblements de mères : La dépression post-partum, visage caché de la maternité du collectif Maman Blues (éditions L’Instant Présent). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Tremblements de mères sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac