L’esprit agité

esprit-agite-colere-enfants

L’activité de l’esprit agité consiste à prendre un vase ou un bocal transparent avec de l’eau claire et de la terre ou du sable à côté.

Le bocal représente notre esprit et le sable représente nos sentiments, nos pensées et contrariétés. On expliquera ceci aux enfants :  «  Quand vous êtes en colère ou stressé, voilà ce qui se passe  », puis on mettra du sable/la terre dans l’eau et on remuera. On demandera alors aux enfants : « Quel est l’aspect de l’eau ? ». Les enfants répondront probablement que l’eau est toute trouble, qu’on ne peut pas voir à travers. On dira alors : « Ce tourbillon ressemble à notre esprit quand nous sommes en proie à la colère. Est-ce que vous avez l’esprit clair  ? Est-ce agréable ?  ».

Dans un deuxième temps, on pourra inviter les enfants à donner des exemples de situations dans lesquelles ils ont senti leur esprit s’agiter à la manière de la terre qui brouille l’eau.

Après ce temps d’échange, on reviendra au bocal dans lequel l’eau devrait à nouveau être claire, la terre ou le sable étant retombé. On le fera remarquer aux enfants.

Cette activité permet de comprendre le temps de pause nécessaire au cerveau en proie à la colère pour raisonner et pouvoir communiquer sans violence. On pourra demander aux enfants s’ils ont des idées de techniques qui permettent justement de revenir au calme. Ils diront probablement des choses comme : s’isoler, taper des pieds, crier dans un coussin, courir, se défouler…

On pourra leur proposer de regarder à nouveau l’eau qu’on secouera et de prendre le temps d’observer la terre qui retombe. On leur fera remarquer que cela a un effet apaisant, comme le fait de regarder une boule à neige.

On pourra alors ajouter à leurs stratégies de retour au calme le fait de regarder une boule à neige ou une bouteille sensorielle (de nombreux tutoriels existent en vidéos).

 

Connaître et apprivoiser la colère

Réflexions autour de la colère

En classe, dans un groupe d’enfants ou en famille, on peut introduire un débat autour de la colère :

  • Comment reconnaît-on quelqu’un en colère ?
  • Pour quelle( s) raison( s) peut-on se mettre en colère ?
  • Que risque-t-il d’arriver si on ne prend pas le temps de se calmer avant de régler un conflit ?
  • Comment exprimer sa colère à une personne  ? (Par exemple apprendre à dire «  NON  » ou «  STOP  » aux situations qui ne nous conviennent pas)
  • Comment peut-on agir en face de quelqu’un en colère  ? (partir, lui parler calmement, aller chercher de l’aide)
  • Quelles conséquences pourront avoir mes réactions si je parle sous le coup d’une colère forte ?

Les adultes sont invités à participer eux aussi à ces réflexions autour de la colère.

Écoute du corps : ce qui se passe dans le corps quand on est en colère

On invitera les enfants à montrer l’endroit du corps où ils ressentent quelque chose quand ils sont en colère : comment ça fait dans le corps ? où est-ce que ça se trouve ? (les adulte pourront participer).

Les réponses les plus fréquente sont « mal de ventre, à la tête, à la gorge, j’ai chaud, je suis rouge, j’ai beaucoup de force » mais toutes les réponses sont OK, à accueillir sans jugement ni moquerie.

Les enfants seront ensuite invités à mimer la colère avec leur corps et leur visage.

Outils d’expression émotionnelle

On proposera une illustration d’un thermomètre vierge aux enfants. Chacun pourra le colorier en pensant à une situation qu’il a vécue récemment, en rouge jusqu’au niveau de colère ressentie (très forte colère/ forte colère/ colère/ petite colère).

Il notera à gauche les causes de sa colère et à droite du thermomètre comment il va se calmer quand il est dans cet état de colère pour faire redescendre le niveau de colère.

Exemple de réponse  : « je suis en colère quand ma copine ne veut pas jouer avec moi » (coloriage  : forte colère) «  je me calme en allant aux toilettes mettre de l’eau froide sur mon visage. » ou « j’ai besoin de me défouler pour décharger ma colère. »

Au format PDF : thermomètre de la colère

Retour au calme : que peut-on faire lorsqu’on est en colère  ? 

La première chose à faire quand on est en colère est de prendre conscience que l’on est en colère et l’accepter sans chercher à minimiser la colère. La nommer, c’est déjà en diminuer l’intensité.

Quand l’enfant sent que son esprit est troublé à la manière de la terre qui trouble l’eau, il pourra alors chercher un moyen pour se calmer : « Pour me calmer j’ai besoin de…  ». Il pourra repenser à son thermomètre de la colère à cet effet.

Exemples : écouter de la musique, aller prendre l’air, courir, boire un grand verre d’eau, m’isoler, lire.

Face à un enfant en colère qui n’arrive pas à se calmer, on pourra lui proposer de respirer profondément avec des expirations longues. Un exercice à faire en tandem adulte/ enfant peut être proposé : respirer par le nez, sentir l’air qui entre par le nez, le ventre qui se gonfle, puis le ventre qui se dégonfle et expirer lentement et longuement par la bouche; recommencer au moins trois fois.

Dire à un enfant « Calme-toi  ! » n’est pas efficace, surtout s’il n’a jamais appris de techniques de retour au calme. Mieux vaut donc mettre des mots sur son émotion de colère (“Wow, je vois que tu es vraiment en colère !”) et l’accompagner avec le calme qu’on attend de lui avant de lui proposer de respirer ensemble.

………………………………………………………………………

Source : L’impasse de la punition à l’école : Des solutions alternatives en classe de Éric Debarbieux et Collectif (éditions Armand Colin). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander L’impasse de la punition à l’école sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac