Laisser les émotions des enfants exister : notre plus grand défi de parents (être entendu aide et ce n’est pas trop simple pour être utile)

laisser émotions enfants exister défi parents

Refléter les émotions des enfants, plus difficile qu’il n’y paraît

Une des maximes que les parents peuvent garder en tête consisterait en une phrase : laisser les émotions des enfants exister, toutes les émotions (déception, colère, peur, tristesse, joie, honte, dégoût…). Les émotions de nos enfants ne sont pas nos émotions et nous pouvons être présents pour nos enfants sans chercher à les calmer, les conseiller, les distraire, les faire rire en cas de tristesse ou encore les recadrer (ex : dire que ce n’est pas si grave que ça).

Laisser les émotions des enfants exister revient juste à refléter à l’enfant ce qu’il aurait voulu, ce qu’il ressent, ce qui se passe pour lui, même si nous trouvons cela ridicule, puéril, disproportionné ou encore socialement inadapté. Le fait que nous reconnaissions à l’enfant le droit à éprouver ce qu’il éprouve et la légitimité de ses émotions est précisément ce qui va contribuer à la sortie de la crise émotionnelle.

Ainsi, quand un enfant commence à se montrer impatient envers un frère ou une soeur, il est possible de refléter ce que nous voyons : “Je vois qu’il t’agace là” ou “J’ai l’impression que tu vas perdre patience, ta sœur t’embête vraiment” ou encore “C’est pénible quand un petit frère défait tout ce que tu fais, des fois, tu préfèrerais vraiment être fille unique je crois”.

Quand un enfant est intimidé dans une fête et n’ose pas aller jouer avec les autres enfants, nous pouvons reconnaître que c’est difficile de s’intégrer dans un groupe où on ne connaît personne : “C’est vrai que ça peut être intimidant, tu peux rester avec moi aussi longtemps que tu en auras besoin pour prendre tes marques”.

Une émotion n’est jamais futile

Certaines crises émotionnelles des enfants paraissent excessivement futiles aux adultes (par exemple, quand un enfant se roule par terre parce qu’un autre a appuyé sur le bouton de l’ascenseur ou que le vent a fait tomber les dernières feuilles d’un arbre). Pourtant, là encore, simplement valider ce que l’enfant ressent lui permet de s’apaiser car il se sent compris, rejoint, accueilli dans tout ce qu’il est : “Oh, tu aurais tellement voulu appuyer sur le bouton et c’est trop nul parce que quelqu’un a appuyé avant toi !” ou “Tu aimais bien l’arbre avec ses dernières feuilles et tu aurais voulu qu’il reste comme ça”.

Le ton compatissant et ajusté à l’intensité de l’émotion ressentie par l’enfant fait toute la différence dans la manière dont seront reçus les mots que nous prononçons. De manière générale, les émotions des enfants durent quelques minutes et, si l’enfant continue à crier, se rouler par terre, se plaindre ou encore pleurnicher, c’est peut-être qu’il est en fait sous stress (et non pas traversé par une émotion primaire).

Pour aller plus loin : Comment différencier les émotions primaires des réactions parasites et des décharges de stress chez les enfants ?

Laisser les émotions des enfants exister n’est pas synonyme de laxisme

Dans les moments de crise, la logique ne sert à rien

Laisser les émotions des enfants exister et les valider ne signifie pas pour autant permettre aux enfants de taper, de casser des choses, ou d’insulter. Quand les enfants doivent faire quelque chose mais ne le veulent pas, reconnaître les émotions de l’enfant permet de privilégier le lien et de respecter leur dignité.

Lors de tempêtes émotionnelles chez les enfants, l’objectif est de se mettre sur la même longueur d’onde qu’eux pour confirmer en eux l’impression d’être vus et entendus.

Dans les moments de crise, la logique ne sert à rien (par exemple, face à un enfant jaloux, rappeler le nombre de fois où on a joué avec lui pour le rassurer sera inefficace; face à un enfant qui voulait absolument une glace à la fraise, dire qu’il reste des glaces à la vanille qu’il aime autant sera tout autant inefficace).

Les émotions des enfants peuvent nous paraître injustifiées mais elles ont de l’importance pour eux et ils ont toujours une bonne raison de les éprouver (dans le sens où elles ont une fonction utile et/ou correspondent à une étape normal de leur développement). Ce n’est pas parce que nous ne comprenons pas la raison du comportement des enfants que ces bonnes raisons n’existent pas.

Adopter le point de vue de l’enfant et se connecter peut passer par :

  • de l’écoute (Je ne savais pas que c’était si important pour toi. /Oui , c’est difficile de…/ Tu voulais tellement cette chose !/ Tu as l’impression que…/ Tu n’as pas aimé quand… tu avais envie de…”)
  • des signes non verbaux (un contact physique/ une voix douce/ un visage chaleureux)
  • de l’expression personnelle (Moi aussi, je me sens comme ça par moments. / J’ai des idées pour régler ce problème. )

Une fois qu’on est connecté émotionnellement avec l’enfant, on peut adopter un discours rationnel pour rediriger les actions inappropriées :

  • une explication logique,
  • un plan à mettre en place dans les prochains jours,
  • des idées à évaluer pour résoudre le problème,
  • des réparations face à un acte inapproprié,
  • un rappel de la règle…

Parents, résistons à la tentation de faire quelque chose des émotions de nos enfants !

Cela peut être difficile pour nous de résister à la tentation de conseiller, de réconforter, de recadrer ou encore de juger parce que nous n’avons jamais appris l’écoute empathique des émotions et nous en avons peu (voire pas) été  témoins. Soutenir un enfant qui va mal, c’est reconnaître que les choses vont vraiment aussi mal que lui les ressent. Quand un parent donne des conseils à un enfant qui va mal, ce dernier se sent incompris plutôt que soutenu. De plus, nous n’allons pas nous plus nous sentir bien car nous n’aurons pas réussi à atteindre notre objectif : que l’enfant se sente mieux.

C’est réellement tentant de vouloir prendre en charge les émotions des émotions, d’en faire quelque chose plutôt que simplement les laisser exister. Pourtant, il est toujours plus utile de dire : “Je suis désolé.e. C’est vrai que ça fait mal. Est-ce que tu veux un câlin/ en parler ?”. Être entendu aide et ce n’est pas trop simple pour être utile !

………………………………………………………………

Pour aller plus loin, la lecture de mon livre La co-éducation émotionnelle : s’élever en même temps qu’on élève les enfants (éditions Hatier) vous donnera des pistes pour raisonner autrement face aux comportements des enfants qui nous mettent en difficulté (avant de chercher à plaquer des astuces et conseils au risque de constater que “l’éducation positive, ça ne marche pas”). Il est disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander La coéducation émotionnelle sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac