Souvent, valider et refléter les sentiments d’un enfant triste, apeuré ou en colère est tout ce dont il a besoin pour se sentir mieux.

Remplacer la censure émotionnelle par la validation des émotions des enfants

Crédit : freepik.com

 

Les vacances peuvent être sources de tension car les enfants peuvent connaître des déceptions (ils voulaient acheter 3 boules de glace et ils n’en auront que deux ou voulaient faire 2 tours de manège au lieu d’un seul), des peurs (peur d’aller dans l’eau, peur de se mêler à un groupe d’enfants inconnus…) ou encore de la tristesse (tristesse de devoir quitter un lieu de vacances apprécié ou de quitter les grands parents chez qui ils ont passer du bon temps ou encore de ne pas beaucoup voir leurs amis de l’école). Nous pouvons accompagner les émotions difficiles de nos enfants et les soutenir dans les moments où ils se montrent moins aimables que nous l’aimerions à travers la validation de ce qu’ils ressentent.

Un enfant a le droit d’être triste, en colère, déçu, impatient ou encore d’avoir peur. En tant qu’adultes, nous pouvons leur montrer que nous sommes là pour eux et que c’est normal de ressentir ce qu’ils ressentent en ce moment.

Souvent, valider et refléter les sentiments d’un enfant triste, apeuré ou en colère est tout ce dont il a besoin pour se sentir mieux. Savoir simplement que ses parents sont là pour lui lui permet de se sentir en sécurité et de s’apaiser. Je vous propose quelques formulations qui aident les enfants à surmonter leurs sentiments difficiles sans passer ni par la censure émotionnelle ni par le jugement.

Remplacer la censure émotionnelle par la validation des émotions des enfants

Ne t’inquiète pas. -> C’est vrai que c’est inquiétant. Ce n’est pas rien et tu te sens perdu. C’est ça ?

Ne t’énerve pas.  -> Tu as le droit d’être en colère, tu voulais tellement avoir ça/ faire ça.

Ne sois pas déçu. -> Tu es vraiment déçu et je le serais aussi à ta place. C’est difficile quand les choses ne tournent pas comme on le voudrait.

Ne te mets pas dans cet état. -> C’est blessant de se sentir mis à part. Tu te sens abandonné, peut-être même trahi. C’est quelque chose comme ça ?

Ne sois pas si jaloux. -> C’est dur de voir quelqu’un réussir quelque chose qu’on arrive pas à faire soi-même.

Tu es trop sensible. -> Tu es bouleversé et il doit y avoir une bonne raison. Est-ce que tu veux m’en parler ?

Ne me parle pas sur ce ton. – > Oh, tu es fâché/triste/ déçu à ce que je vois. Tu avais vraiment envie de… Tu peux me le dire comme ça “Maman, papa, ma colère est à 8/10.”

Arrête ça tout de suite ! -> Est-ce que tu essaies d’attirer mon attention ? Tu sais, tu peux me dire “Maman. papa, j’ai envie de jouer avec toi”.

Ne pleure pas. -> Parfois, les choses ont vraiment l’air injuste. Je t’entends et je te comprends.