Sensibiliser les enfants aux risques d’agressions sexuelles de manière efficace et non traumatisante

Sensibiliser les enfants aux risques d'agressions sexuelles de manière efficace et non traumatisante

Dans son ouvrage Te laisse pas faire – Les agressions et les abus sexuels expliqués aux enfants, Jocelyne Robert (sexologue) propose des pistes pour sensibiliser les enfants aux risque d’agressions sexuelles de manière efficace et non traumatisante. Elle estime qu’il faut prévenir les enfants qu’ils peuvent être l’objet de sollicitations inappropriées de la part de grands ou d’adultes. Le message doit être calme, clair et constructif, amené à des moments propices et sous forme d’explications mêlées à des jeux de rôle plus ludiques.

Jocelyne Robert rappelle que l’éducation sexuelle et affective est prioritaire. Elle écrit que “l’enfant doit être franchement renseigné sur les composantes de la sexualité, sur l’anatomie comparée des sexes, sur la fabrication des bébés, mais aussi sur les notions de plaisir et d’attrait qui s’y rattachent”. Cette approche permet à l’enfant de pouvoir distinguer un comportement sain, normal d’un comportement déviant. Les silences et ambiguïtés sont plus anxiogènes que les explications adaptées aux enfants. Jocelyne Robert propose par exemple l’image du feu vert et du feu rouge : oui à la curiosité sexuelle spontanée, oui aux attitudes égalitaires et respectueuses; non à n’importe quelle personne (quel que soit l’âge ou le type de relation qui les unit) qui veut lui faire des choses qui le gênent, lui font peur ou mal ou encore qu’il juge incorrectes.

On peut signaler [aux enfants] qu’il arrive que des parents se conduisent avec leurs enfants comme si ceux-ci étaient des adultes sans lien de parenté avec eux en ayant des gestes sexuels à leur endroit. Il est de notre devoir de leur dire que cela n’est pas normal, que c’est un crime condamné par la loi […]. – Jocelyne Robert

Cette éducation sexuelle et affective s’incarne dans des pratiques éducatives quotidiennes : non aux bisous forcés (il existe quantité d’autres manières de dire bonjour), non aux “secrets-poison” (qui rendent triste et malheureux, qui ne méritent pas d’être des secrets et dont il est nécessaire de se débarrasser), oui au respect de l’intimité.

Tenir ce type de discours sur une sexualité agréable et joyeuse tout en rappelant les interdits impérieux construit les bases d’une sexualité saine. Couplé à des discours réalistes mais non alarmistes au sujet des agressions sexuelles, ils représentent une prévention efficace.

L’acronyme SAC pour outiller les enfants face aux agressions sexuelles

Jocelyne Robert propose un acronyme pour outiller les enfants face aux agressions sexuelles : SAC

  • S : Savoir

qu’il faut refuser les promesses et cadeaux offerts par une personne qui leur propose de la suivre (homme ou femme, jeune ou vieille)

que le prédateur sexuel a souvent l’air sympathique

qu’il doit se méfier d’une personne qui se rapproche trop de lui, qui le “colle” et le met mal à l’aise

où et à qui s’adresser en cas de besoin

  • A : Agir

en s’éloignant dès qu’une situation lui semble bizarre

en racontant à une personne de confiance ses émotions (en prévention) et ce qui lui est arrivé

en allant chercher de l’aide auprès de personnes recommandées par ses parents (ou autres si un des parents ou les deux sont les agresseurs)

  • C : Comprendre

les raisons de ces outils dans le sens où l’enfant apprend à devenir le “patron” de son corps, prend confiance en ses émotions, intuitions et se sent compétent pour agir quand il ressent un malaise.

La peur paralyse alors que la confiance donne de l’aplomb et du pouvoir. L’enfant saura exactement quoi faire s’il est confronté à une sollicitation sexuelle et ne sera pas tout chamboulé. Il retiendra que comme la lune, la sexualité a une face éclairée, joyeuse, libre et enrichissante et une face cachée, sombre, triste et appauvrissante. – Jocelyne Robert

Le test des trois questions

Jocelyne Robert propose de présenter trois questions clés aux enfants qu’ils pourront se poser dans une situation où un homme ou une femme, même une personne que l’enfant connaît ou estime inoffensive, demande de l’aide, propose de lui offrir un cadeau ou un tour en moto ou encore l’invite à la suivre (pour lui montrer un petit chien dans son coffre ou lui demander son avis sur une chose dans sa voiture).

  1. Mes parents sauront-ils où je suis si j’accepte ?
  2. Quelqu’un pourra-t-il me venir en aide si j’en ai besoin ?
  3. Est-ce que je me sens vraiment bien avec l’idée d’aider ou de suivre cette personne ?

Un seul “non” à une de ces questions indique à l’enfant qu’il doit refuser (même si la personne insiste, dit que c’est impoli ou se montre triste). En cas de danger, l’enfant sait qu’il doit se rapprocher d’une groupe de personnes ou entrer dans un magasin/ la Poste ou n’importe quel commerce et s’adresser à un responsable. Il pourra alors donner ses nom et prénom et demander d’appeler ses parents (il est utile que l’enfant connaisse son adresse et le numéro de téléphone d’au moins un de ses parents).

Des règles que les parents ont la responsabilité de s’imposer

On pourrait ajouter qu’il est de la responsabilité des parents de ne jamais fermer les yeux sur l’inceste (de la part du conjoint, de la conjointe, des parents ou beaux-parents, d’un neveu ou d’une nièces, d’un cousins ou d’un cousine, d’un oncle ou d’une tante…) et les agressions sexuelles en restant attentifs aux signaux émis par un enfant qui témoigne d’un malaise face à une personne en particulier ou dont le comportement change de manière inexpliquée. La tolérance envers la pédocriminalité doit être éliminée de toutes les familles et cela arrive aussi aux garçons.

C’est aux parents de protéger au maximum les enfants des situations à risque (en évitant de laisser un enfant seul avec un adulte ou avec un enfant plus âgé/ ado). A l’école, la règle est pas d’enfant tout seul avec un adulte. Cette règle doit être valable partout et avec tout adulte. Certains disent même qu’il ne faudrait jamais laisser un enfant seul avec un autre enfant plus âgé.

………………………………………
Source : Te laisse pas faire – Les agressions et les abus sexuels expliqués aux enfants de Jocelyne Robert (Les Éditions de l’Homme) est disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Te laisse pas faire – Les agressions et les abus sexuels expliqués aux enfants sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac