18 pistes pour accompagner les colères des enfants avec bienveillance

18 pistes pour agir efficacement face aux colères des enfants

Dans cet article, je me suis basée sur 2 supports : cette vidéo au sujet des crises de colère ou de frustration des enfants (dans laquelle interviennent Sandrine du blog S comm C et Nannymel du blog Fantadys) et le livre L’agressivité chez l’enfant de 0 à 5 ans de Sylvie Bourcier.

On pourra retenir que les crises sont générées par des besoins qui ne sont pas comblés (fatigue, faim, besoin de contact, de pouvoir sur la situation…). Le fait de se dire que la crise est une réaction face à une situation donnée est plus aidant que le fait de se dire que l’enfant est capricieux ou est dans sa phase de « terrible two ».

Par ailleurs, la colère n’est pas une émotion à éviter ou étouffer à tout prix. Elle a une fonction réparatrice qui permet de se remettre d’une frustration ou d’une attaque de l’intégrité. Il convient donc de la reconnaître comme une émotion vitale et légitime, sans pour autant accepter les comportements à problème (taper, insulter, casser des choses…).

citation éducation bienveillante

  • 1. L’enfant apprend par imitation

Nous pouvons offrir un modèle à nos enfants. Cela passe par le fait de reconnaître notre propre colère sans culpabiliser ou accuser l’enfant d’être la cause de cette colère : on vise ici l’expression responsable de la colère. Il est normal de ressentir de la colère et il n’y a pas à en avoir honte. De même, on pourra exprimer notre joie ou notre tristesse quand le contexte s’y prête.

Par ailleurs, on peut montrer à l’enfant ce qu’on fait quand on est frustré ou en colère. Vous pouvez le faire sous forme de récit (ou encore mieux en situation) :

« J’étais en colère parce que…. J’ai dit « grrr » dans ma tête, j’ai pris trois grandes respirations pour me calmer, je me suis isolé(e), j’ai réfléchi à une solution à mon problème et j’ai décidé de… »

 

  • 2. Aider l’enfant à développer son vocabulaire des émotions

On pourra varier les mots utilisés pour décrire notre état émotionnel et celui des autres. On pourrait même faire une liste avec les enfants pour décrire les différents degrés de la colère du moins fort au plus fort : pas content, mécontent, contrarié, dérangé, ennuyé, irrité, fâché… On encouragera les enfants à utiliser ces mots pour nommer ce qu’ils ressentent.

 

  • 3. Lire des livres qui parlent de la colère

Il est constructif de lire des contes avec les enfants qui abordent le thème de la colère et d’en discuter avec lui. On pourra faire remarquer la couleur du visage, les poings fermés ou toute autre réaction physique des personnages ainsi que les mots utilisés pour exprimer la notion de colère.

On pourra en profiter pour poser des questions aux enfants sur les situations qui ont déclenché la colère du héros, sur les conséquences de ses actes et sur la façon dont il a affronté ses problèmes.

En voici un que nous avons apprécié : Sam et Watson pus forts que la colère ! (éditions p’tit Glénat)

sam et watson plus forts que la colère

 

  • 4. Remarquer les manifestations physiques des émotions

On pourra aider l’enfant à remarquer comment son corps réagit à la colère en décrivant les réactions et en les associant à l’émotion :

« Tu cries, tu as l’air en colère », « Ton visage est rouge, tu es fâché », « Tu fronces les sourcils, j’ai l’impression que tu vas t’énerver », « Tu es en colère, tu sens la boule dans ton ventre et dans ta gorge/ ta respiration s’accélérer ? »

J’aime bien utiliser l’art comme moyen d’identifier les éléments du visage qui permettent de reconnaître l’émotion. J’en parle ici.

arts plastiques et émotions

La colère

 

  • 5. Préparer l’enfant à l’éventualité d’une déception

En prévenant l’enfant d’une éventuelle déception ou frustration, on l’aidera à affronter sa colère. Par exemple :

« Il est possible que ton copain/ ta copine ne puisse pas répondre à ton invitation. Peut-être que tu seras déçu(e). Qu’est-ce qu’on pourrait faire alors ? »

  • 6. Enseigner une technique de gestions des émotions : « la technique de la tortue »

Sylvie Bourcier propose dans son livre la technique de la tortue pour apprendre aux enfants à réagir sans explosion à la colère. Cette technique peut être appliquée avec des enfants dès 3 ans 1/2.

Il s’agit d’inviter l’enfant à imaginer qu’il est une tortue qui se retire dans sa carapace. Il place ses bras le long de son corps, il baisse la tête et ferme les yeux.

Situations au cours desquelles utiliser la technique de la tortue :

– L’enfant ressent de la colère envers un camarade et pense qu’il pourrait se montrer violent,

– L’enfant ressent de la colère envers lui-même et anticipe une crise explosive,

– L’adulte invite l’enfant à faire la tortue en disant juste « tortue »,

– Un enfant dit « tortue » à un autre enfant avant qu’une dispute éclate entre eux.

9 étapes à enseigner aux enfants :

1. Reconnaître que je suis fâché.e : « Oui, c’est vrai que je ressens de la colère, j’ai les mâchoires serrées, la tête qui bouillonne, les poings serrés »

2. Penser « Ma colère est là et c’est une visiteuse de passage »

3. Aller me retirer dans ma carapace

4. Prendre de grandes respirations (gonfler le ventre, souffler comme pour faire des bulles de savon) : « Je me détends afin d’affronter les frustrations et je respire avec des grandes inspirations et expirations. Je deviens mou/molle. » Il est amusant de proposer aux enfants de pratiquer cette décontraction en s’imaginant comme une poupée de chiffon qui s’effondre ou un spaghetti qui devient mou en cuisant.

5. Penser au calme et réfléchir à la situation précise : « C’était un accident », « Mon copain n’a pas fait exprès », « Il m’a dit ça parce qu’il est triste en ce moment », « Je suis capable de trouver une solution »

6. Sortir de la carapace quand je me sens calme

7. Penser à des solutions

8. Choisir une solution qui me convient

9. Appliquer la solution et me féliciter du résultat

Il existe de nombreuses autres techniques de retour au calme par la respiration ou la méditation de pleine conscience. D’autres pistes ici (avec la pleine conscience), ici (avec la sophrologie) ou encore  (avec l’EFT).

Lire aussi : Un jeu pour reprendre contact avec un enfant en proie à la colère

 

  • 7. Aménager le quotidien

Les enfants ont besoin d’avoir un peu de contrôle sur la situation. Les enfants sont souvent frustrés car ils se retrouvent la plupart du temps dans une position de contrainte. Leur redonner du pouvoir personnel peut passer par la possibilité pour eux de prendre des décisions, de faire de choix (« tu préfères mettre ton maillot vert ou ta chemise bleue aujourd’hui ? », « on prend le chemin de la mairie ou celui de la Poste pour rentrer ? ») .

 

  • 8. Reconnaître l’émotion qui a suscité la crisecolère enfant

On peut accepter et reconnaître l’émotion puis la nommer à l’enfant pour qu’il apprenne à mettre les bons mots sur ses émotions.

« C’est difficile de… »

« Tu es fâché parce que… »

« Tu as le droit d’être fâché, mais je ne peux accepter que tu… »

« Tu peux t’exprimer avec tes mots/ tu sais le dire avec des mots alors fais le »

Il est préférable d’éviter de banaliser (« ce n’est rien… ») ou de disqualifier (« tu te fâches pour rien… ») la colère (et toute autre émotion). C’est par la reconnaissance et l’acceptation de nos émotions et celles des autres qu’on apprend l’empathie.

Par ailleurs, les émotions sont des signaux d’alarme (la colère pour les frustrations, la peur pour les dangers, la tristesse pour les pertes et insatisfactions, la jalousie pour les écarts entre nous et les autres…). Elles ont donc un rôle et ne sont pas à évacuer de nos vies.

 

  • 9. Faire parler ou dessiner l’enfant

colère enfant

Voir la vidéo : De Parents A Parents : au secours mon enfant est en crise

On peut poser des questions à l’enfant avec un dessin comme support : « tu es en colère comment ?« , « tu es en colère comme ça ou comme ça ? »

Quand l’enfant apprend à s’exprimer par des mots ou des dessins, il peut dire qu’il est en colère sans passer par des crises de rage ou de violence. Le parent peut alors « accuser réception » : « Ok, j’ai entendu que tu n’es pas content(e) ».

 

  • 10. Tous les sentiments sont acceptables : l’enfant a le droit de se mettre en colère

Plus l’enfant essaie de se contrôler, plus il encaisse et il finit par exploser. Or les parents ne voient pas forcément tous les moments où l’enfant a fait des efforts pour se contrôler : ils ne voient que les crises d’explosion si violentes qu’ils en viennent à se demander si l’enfant est normal.

Il est possible de dire à l’enfant  « je vois que quelque chose ne va pas » pour désamorcer une crise et engager la discussion (sans forcer l’enfant; parfois la simple reconnaissance de son vécu suffira).

 

  • 11. Ecouter et s’intéresser à ce que vit l’enfant dans le moment présent

L’écoute active consiste à reformuler les mots de l’enfant sans les dénaturer, à exprimer les sentiments de l’enfant sans apporter de réponse à ses problèmes et à acquiescer avec des « ah », des « hum », des « oh », des « je vois ».

Pour apprendre à pratiquer l’écoute active, le livre Parents efficaces de Thomas Gordon me semble le plus abordable (à la fois en termes de contenu et de prix).


 

  • 12. Une question à poser aux enfants pour les familiariser avec l’empathie

A ton avis, comment je me sens ? Quel est le problème pour moi ? pour engager la discussion et inciter l’enfant à réfléchir.

 

  • 13. La boîte à cris

Tous les membres de la famille peuvent exprimer leur mécontentement dans la boîte en criant dedans à travers le trou. Une fois la boîte remplie, on va dehors pour jeter les cris.

boite à cris

Voir la vidéo : De Parents A Parents : au secours mon enfant est en crise

  • 14. Le coussin de colère

Pour verser sa colère sur un objet symbolique. Les gestes utilisés avec le coussin de la colère pourront être inspirés du yoga : lever les deux mains jointes en l’air en prenant une inspiration, baisser les deux mains sur l’expiration. L’idée est d’éviter d’associer la colère au fait de taper en encourageant des manifestations violentes de la colère (tape en l’occurrence).

coussin de colère

De Parents A Parents : au secours mon enfant est en crise avec Fantadys et S comme C

  • 15. Les lettres de colère

Les plus grands peuvent écrire des lettres avec leurs propres mots pour soulager leur colère. La lettre n’a pas pour objectif d’être donnée mais simplement de mettre des mots sur les émotions.

 

  • 16. Les cartes à émotions 

Il est possible de créer des cartes avec les émotions et les sentiments les plus courants, illustrées par un dessin ou une photo de l’enfant qui imite cette émotion.

Voici quelques émotions et sentiments liés à des besoins satisfaits : étonné, plein d’énergie, content, joyeux, inspiré, optimiste, soulagé, surpris, touché, à l’aise, plein d’entrain, comblé, ému, fier, confiant, reconnaissant…

Voici quelques émotions et sentiments liés à des besoins non satisfaits : fâché, désorienté, déçu, frustré, irrité, nerveux, perplexe, triste, ennuyé, préoccupé, découragé, embarrassé, impuissant, impatient, seul, mal à l’aise…

Retrouvez dans cet article le vocabulaire des émotions (pour les adultes et les enfants) et dans celui-ci des cartes à imprimer gratuitement.

cates émotions

Source : blog bougribouillon.fr

 

 

  • 17. La roue des choix

La roue des choix est un outil visuel qui présente de façon ludique différentes solutions pour gérer un problème ou accompagner une émotion forte. En voici un exemple ci dessous (mais d’autres idées pourraient être ajoutées comme le dire à quelqu’un, marcher, m’asseoir seul dans un endroit que j’aime bien, chiffonner un papier et le lancer…) :

roue des choix colère

  • 18. L’espace de retour au calme

L’idée est de proposer aux enfants un espace de retour au calme plutôt qu’un isolement au coin.

Cet espace serait agrémenté de :

espace retour au calme discipline positive

L’adulte pourrait alors demander à l’enfant :

« J’ai l’impression que tu as besoin d’un temps calme. Est-ce que cela t’aiderait d’aller dans l’espace de retour au calme ? Si tu veux, je peux t’y conduire/ t’accompagner ».

Ainsi, l’enfant dispose des moyens de se calmer et ne sent pas exclu. Le temps de retour au calme est structurant et éducatif.

Les livres que je consulte régulièrement sur ces sujets : 

Vous aimerez aussi...

17 réponses

  1. samar dit :

    Bonjour c’est pour savoir si vous compté regarder le film Vice versa de disney et si oui si vous penser que cela peut aider pour la compréhension de gestion des émotions.

  2. Excellent résumé. Bel article sur le sujet

  3. Merci pour la rédaction de cette article, rien de plus frustrant pour une maman que voir bébé en colère !

  4. Amy dit :

    Très bne article..beaucoup d’astuces pour les petits et qui pourraient etre une aide pour les adultes qui narrivent pas a maitriser leur colere

    • Caroline dit :

      Bonjour

      oui, c’est souvent le cas : les outils que je propose pour les enfants sur le blog pourraient aussi être utilisés avec les adultes :). D’ailleurs, j’apprends à apprivoiser mes émotions en même temps que ma fille !

      Bonne journée
      Caroline

  5. Danielle dit :

    La colère est une émotion qui déborde les tout petits et qui les effraie. Il me semble que la première chose à faire pour un adulte c’est d’en prendre conscience et de ne pas se laisser contaminer. Prendre une inspiration profonde y aide beaucoup. Le problème majeur pour moi ne viens pas de l’enfant qui est par définition immature mais de l’enfant en l’adulte qui n’a jamais été accompagné dans sa colère quand il s’est trouvé confronté à la violence de son ressenti : selon que cet/te adulte s’identifie à l’enfant en souffrance qu’il/elle était ou à l’adulte répressif /ve qui ne supportait pas l’expression de cette violence émotionnelle il/elle ressentira de l’empathie pour l’enfant ou sera contaminé par la colère de celui-ci. Dans le premier cas il/elle se mettra à l’écoute du besoin ou de la difficulté de l’enfant, dans le second il/elle trouvera légitime d’utiliser le rapport de force et la punition pour en venir à bout. Parfois l’adulte se trouve à mi-chemin entre ces deux ressentis. L’enfant présent lui, a besoin d’être accompagné dans la gestion de cette émotion et l’adulte capable de ne pas se laisser contaminer mais au contraire de se mettre à son écoute et de mettre des mots sur son ressenti lui apprend qu’il n’est pas un monstre parce que d’autres ont vécu la même épreuve et l’ont nommée, que l’on peut survivre à l’intensité d’une frustration et ne pas perdre la face. Cela fait partie des épreuves qui construisent quand on arrive à les dépasser. Le problème c’est de mettre une connotation morale au fait qu’un tout petit se mette en colère alors que bien souvent on trouve l’expression de celle-ci normale émanant d’une personne de pouvoir. Percevoir la colère d’un enfant comme l’expression normale à son âge de ses difficultés face aux frustrations de la vie change la façon de percevoir et donc d’accueillir celle-ci et c’est l’adulte le modèle qui rassure l’enfant d’un côté et lui montre par sa façon de réagir que l’on peut ne pas être contaminé par la colère d’une autre personne….

  6. jeuxdecole dit :

    Merci pour cet article fort intéressant et pour toutes ces pistes et outils à proposer à la maison et en classe !

  7. severine dit :

    Bonjour tout le monde
    Je vois visiblement que je suis dans le même cas que bon nombre de parents en lisant bien les commentaires.
    Rassurant oui et non ! Mais bon j’ai tout tenté ! les crises de mon fils Hugo devenaient vraiment insupportables. Mon enfant était devenu colérique, faisait caprice sur caprice, les crises devenaient de plus en plus insupportables. Comment calmer sa colère ? je n’en pouvais plus j’étais anéantie face à tout ce stress en moi et surtout cela commençait à me rendre folle ! L’harmonie familiale n’était plus .. L’arrivée du petit frère n’a fait qu’aggraver les choses si bien que je me suis culpabilisée …
    On m’a dit que c’était vraiment pas de ma faute et que toute mère ne se devait pas d’être parfaite 🙂
    Hugo était en âge de voir un psychologue mais il n’en faisait qu’à sa tête et puis par hasard je suis tombée sur une offre sur internet et je peux vous dire qu’elle a changé ma vie ! Je n’étais plus à un test près, j’ai tout tenté auparavant et je me suis laissée tenter par l’offre du Docteur Lambert !
    Ce programme est parvenu à me faire vivre une vie sans caprice, à réduire les crises, et surtout à savoir comment faire et s’y prendre pour calmer sa colère !

    Je vous recommande à votre tour ce programme : http://bit.ly/2iZXxaz

    L’harmonie familiale qui était en berne est revenue et nous avons désormais une complicité Hugo et moi !

    Toute mon amitié et mon soutien

    Séverine

  1. 26 juillet 2015

    […] Au secours, mon enfant est en crise : 13 pistes pour passer de la colère explosive à la colère e… […]

  2. 21 septembre 2015

    […] l’enfant à passer de la colère explosive à la colère exprimée avec respect (voir cet article pour des réactions bienveillantes face à un enfant en […]

  3. 6 novembre 2015

    […] Pour lire l’article dans son entièreté, cliquez ici. […]

  4. 6 novembre 2015

    […] Lire la suite de cet article […]

  5. 27 juillet 2016

    […] en Colère : les besoins émotionnels (calmer les émotions fortes qui les submergent -> des pistes ici) […]

  6. 10 août 2016

    […] Au secours, mon enfant est en crise : 18 réactions bienveillantes face aux colères des enfants […]

  7. 6 mai 2017

    […] Les enfants qui n’expriment plus de colère ont appris qu’il vaut mieux être aimés et avoir l’approbation de leurs parents plutôt que montrer leurs émotions authentiques. Ces enfants manquent une étape dans le développement de leur cerveau. En effet, plus il y a de crises émotionnelles, plus la capacité à réguler les émotions se développe… à condition que les parents accompagnent les colères en bienveillance.  […]

  8. 4 juin 2017

    […] les colères quand elles sont justes, saines (des pistes ici : 18 pistes pour accueillir les colères des enfants avec bienveillance […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *