3 bonnes raisons de ne plus envoyer les enfants au coin (validées par les neurosciences)

Coin, isolement et neurosciences

Le coin (time-out en anglais) est sans doute la méthode disciplinaire la plus utilisée par les parents et est souvent recommandée de la bouche même des pédiatres et des experts en développement de l’enfant.

Mais le coin est-il bon pour nos enfants ? Est-il efficace ? La réponse est négative si l’on s’en réfère aux dernières recherches en neurosciences.

Des études sur la neuroplasticité (la capacité du cerveau à s’adapter) ont démontré que des expériences répétées changent la structure physique du cerveau. Etant donné que les interactions disciplinaires entre parents et enfants représentent la plus grande part des expériences enfantines, il devient vital que les parents reconsidèrent profondément la manière dont ils répondent aux comportements inappropriés de leurs enfants.

Discipline est plutôt synonyme d’enseignement que de punition.

Conséquences du « coin » et de l’isolement

1. Sentiment de rejet et d’amour conditionnel

Dans la plupart des cas, la première conséquence de la mise au coin est l’isolement. La mise au coin enseigne aux enfants qu’ils seront forcés à rester seuls quand ils font une erreur ou quand ils connaissent un moment difficile (comme le fait d’être submergé d’émotions ou de stress).

L’isolement est souvent vécu comme un rejet, particulièrement chez les plus jeunes.

Par ailleurs, le coin communique l’idée aux enfants qu’ils ne sont dignes d’intérêt que quand ils sont tranquilles et sages, que les parents n’acceptent d’être là AVEC eux et POUR eux que dans ces conditions.

Le problème est que les enfants ont un profond besoin de connexion. Des décennies de recherche sur l’attachement ont démontré que nous avons tous besoin d’être physiquement proches et apaisés par les personnes qui s’occupent de nous, tout spécialement dans nos moments de détresse. Or les parents ont tendance à envoyer les enfants se calmer dans leur chambre ou sur la « chaise des punis » quand ils perdent le contrôle de leurs émotions, ceci ayant pour résultat que les enfants souffrent seuls en cas de détresse émotionnelle.

2. Enclenchement des mêmes mécanismes cérébraux que lors de violences physiques

Quand les enfants sont submergés par leurs émotions, ils ont tendance à se comporter de manière inappropriée : leur comportement masque leur besoin initial. L’expression d’un besoin ou d’un sentiment intense débouche alors sur une attitude agressive, irrespectueuse ou encore non coopérative… mais celle-ci est simplement la preuve que l’enfant n’a pas encore construit ses capacités à s’auto-réguler.

Les comportements inappropriés sont souvent des tentatives de (re)connexion et des demandes de l’enfant envers l’adulte pour que ce dernier l’aide à se calmer.

Quand la réponse parentale consiste à isoler l’enfant, un besoin instinctif et physiologique de l’enfant n’est pas comblé.

Il se trouve même que les scanners cérébraux ont révélé que la souffrance relationnelle (celle causée par l’isolement pendant une punition) active les mêmes mécanismes cérébraux que la souffrance physique (celle causée par une fessée ou tout autre forme de violence physique).

3. Inefficacité disciplinaire et éducative

Mais par dessus tout, le coin est inefficace dans sa dimension disciplinaire : celle de changer les comportements.

Les parents pensent peut-être que l’isolement calme les enfants et les fait réfléchir sur leurs comportements. Mais la plupart du temps, le coin et l’isolement suscitent la colère chez les enfants qui se trouvent alors encore plus submergés d’émotions incontrôlables.

Dans ces conditions, ils ne peuvent pas s’auto réguler, ni penser à ce qu’ils ont fait de mal mais ils vont plutôt ruminer l’idée selon laquelle leurs parents sont méchants de les avoir punis.

Quand un enfant ne pense plus qu’à ses parents en qualité de méchants ou d’injustes, il ne peut pas développer ses capacités d’empathie ou de résolution de problèmes non violente. Avoir recours au coin et à l’isolement prive les enfants d’une occasion de construire des compétences humaines que d’autres types de discipline tendent à privilégier.

 

poser des limites

Quelles alternatives au coin ?

La prochaine fois que les parents devront faire preuve de discipline, pourquoi ne pas envisager un temps de reconnexion (time-in en anglais) : s’asseoir avec l’enfant, lui parler doucement et calmement, l’écouter, le réconforter sans nier sa douleur ou sa détresse.

Dédier un peu de temps à l’enfant pour l’aider à se calmer peut lui être extrêmement profitable, surtout si ce temps est mis  à profit pour lui enseigner comment se calmer et repenser à son comportement.

Ce type de réflexion ne peut s’accomplir que dans la relation, pas dans l’isolement et c’est d’autant plus vrai avec de jeunes enfants.

>>>Voici 7 alternatives bienveillantes à l’isolement des enfants.

mettre au coin enfants

 

Ce type de discipline respectueuse est beaucoup plus efficace et gratifiante pour le parent et l’enfant sur le long terme.

Pour vous aider dans la mise en place d’une discipline basée sur la coopération et le respect mutuel, je vous propose les articles suivants :

5 compétences pour susciter la coopération chez les enfants (selon Faber et Mazlish)

Poser des limites en respectant l’intégrité de l’enfant

8 pistes pour concilier fermeté et bienveillance

 


 

Source : article du Time Magazine Time-Outs’ Are Hurting Your Child par Daniel J. Siegel et Tina Payne Bryson. Traduction libre.

 

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Suzanne dit :

    Merci pour cet article intéressant. Seulement, un enfant en crise de colère ou dans l’action doit parfois être stoppé, et le dialogue est impossible et engendre même encore plus de colère, alors votre article est je pense à prendre avec des pincettes. Quasi dans 100% des cas en ce qui concerne mes deux enfants, l’isolement leur permet de réfléchir à leurs actes et de revenir beaucoup plus calmes. Et bien souvent, c’est là le moment propice pour en discuter…

    • Caroline dit :

      Bonjour

      rediriger le comportement d’un enfant avant de se reconnecter est quasiment voué à l’échec. Je propose dans cet article 7 alternatives à l’isolement pour à la fois recréer du lien et, comme vous le dites, faire un temps de pause :

  2. Tellou dit :

    Je dois avouer que le coin se rapproche plus chez moi du « time-out » anglais, a prendre au sens litteral ou sportif du terme: un temps-mort. Je tente de verbaliser et ses sentiments (ok, tu es enervee..) et les miens (maman est pas contente, fatiguee, voudrais que tu fasses les choses de cette maniere…) et explique pourquoi ma fille est au coin. (tu te calmes, tu es au coin parce que tu as tape maman – parce que tu es frutree..) C’est un lieu ou je reste avec elle, notamment aussi parce qu’elle en partirait au bout de 2 secondes sans comprendre pourquoi. Et je lui demande qu’elle demande pardon si son comportement a heurte quelqu’un. Le coin est pour moi le lieu de « redescente » quand ma fille par « en live » par un trop plein d’emotions. Mais c’est aussi clairement le lieu ou elle doit se rendre compte que quand elle n’a pas un comportement approprie (insolence, violence), elle est « hors-societe. » . Pour le coup, je crois qu’il faut aussi apprendre aux enfants que quand nos comportements ne sont pas dans les clous des regles sociales etablies et des lois, nous sommes mis a l’ecart de la societe. C’est l’amende quand je conduis trop vite sur la route, c’est la mise a pied au travail voire le licenciement et c’est la prison pour les cas lourds qui relevent du penal. L’enfant n’a pas a savoir tout cela, mais je trouve qu’il a a comprendre que le comportement blessant physiquement ou moralement entraine une mise a l’ecart, parce que la personne n’est justement plus capable, pour un temps donne, d’etre en societe. Et ca commence par le coin.

  1. 7 décembre 2015

    […] Source : 3 bonnes raisons de ne plus envoyer les enfants au coin (validées par les neurosciences) […]

  2. 12 février 2016

    […] 3 bonnes raisons de ne plus envoyer votre enfant au coin […]

  3. 14 février 2016

    […] vous invite à lire cet article qui fait la lumière sur le point de vue des neurosciences à ce […]

  4. 16 mars 2016

    […] aller plus loin : 3 bonnes raisons de ne plus envoyer les enfants au coin (validées par les neurosciences) 6 alternatives au coin et à l’isolement des enfants Source […]

  5. 22 mai 2016

    […] que le coin et l’isolement sont nocifs pour les enfants comme expliqué dans cet article : 3 bonnes raisons de ne plus envoyer les enfants au coin. Isoler un enfant (ou le mettre au « coin ») revient à nier son existence […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *