Le processus de la Communication Non Violente (CNV) dans les conflits : pourquoi ? comment ?

Le processus de la Communication Non Violente (CNV) dans les conflits : pourquoi ? comment ?

Les principes de la CNV

On n’a pas toujours conscience qu’on peut être violent avec des mots ou être violent contre soi. Le processus de la communication non violente (CNV) vise à respecter toutes les formes de vie.

C’est amener soi et les autres non pas à agir par peur de la punition, par intérêt de la récompense ou par culpabilité, mais à partir de l’intention de comprendre et satisfaire les besoins de chacun.

La communication non violente est une invitation à la lenteur. – Fabienne Posca (formatrice en CNV)

On peut essayer d’être empreint de cette communication bienveillante autant que possible lors des conflits : est-ce que j’ai l’intention d’être connecté avec moi et avec l’autre avec lequel je suis en conflit pour nous rendre la vie plus belle ?

 

Les 4 étapes de la CNV

schema-la-communication-non-violente

Un exemple : Quand tu as traversé la rue sans regarder, j’ai eu peur et j’ai besoin de prendre soin de toi. Je te demande de t’arrêter à chaque fois au passage piéton et de regarder à droite puis à gauche avant de traverser.

 

La CNV en pratique dans les conflits

Le vocabulaire de la CNV

Les émotions : 

vocabulaire des émotions

 

Les besoins universels : 

besoins cnv

Les trois choix

La CNV nous offre trois choix selon la situation :

  • Se tourner vers soi 

Je fais preuve d’auto empathie et j’épluche les couches qui me coupent de mes émotions et de mes besoins. Je prends le temps de clarifier ce qui se passe à l’intérieur de moi.

Je prends soin de mes émotions et de mes besoins, je les accueille comme légitimes et je les reconnais comme constitutifs de mon être.

liste des sentiments cnv

 

  • Aller de soi à l’autre

J’exprime ce qui se passe pour moi à l’autre avec lequel je suis en conflit.


Communication Non Violente par Marshall Rosenberg

  • Se tourner vers l’autre

Je cherche à reformuler ce qui se passe pour lui et j’écoute avec empathie comment il se sent.

processus-de-communication-non-violente

 

Ce n’est pas OU mes besoins OU celui de l’autre : c’est ET (solution créative pour satisfaire les deux côtés). La CNV repose sur le concept du pouvoir avec.

 

Quand on n’arrive pas à s’écouter ou écouter l’autre

Si on n’arrive plus à s’écouter et à écouter l’autre, c’est important de faire de la place à l’intérieur de soi.

Pouvoir parler à une tierce personne bienveillante aide à retrouver de la clarté à l’intérieur de soi; recevoir du soutien est une condition pour cheminer dans le processus de la Communication Non Violente (et de l’éducation non violente) sans s’épuiser, se décourager ou se culpabiliser.

Par exemple : les Peps Cafés pour les parents ou des groupes de pratique de la Communication Non Violente (dans le réel ou sur internet).

 

2 questions clés de la communication non violente

1. Qu’est-ce qu’il y a de vivant en toi ?

Quel est ton besoin et quel est mon besoin ?

2. Comment pourrions-nous nous rendre la vie plus belle ?

Qu’est-ce qu’on pourrait faire pour prendre soin de nos besoins ?

 

La CNV n’est pas une baguette magique, on ne peut pas changer l’autre. On peut en revanche comprendre ce qui se passe pour nous avant d’aller écouter l’autre pour (re)créer un lien, une connexion authentique

……………………………………………………………………………..

Pour aller plus loin : Les mots sont des fenêtres ou bien des murs : initiation à la Communication Non Violente de Marshall Rosenberg, créateur du processus de la CNV

les mots sont des murs ou ce sont des fenetres

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 octobre 2016

    […] Vivre les valeurs de coopération au quotidien : instaurer des temps d’échange en famille, pratiquer la communication non violente… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *