Dossier fruits et légumes : comment en faire manger aux enfants ?

Pourquoi faire manger des fruits et légumes aux enfants ?

Tous les experts sont d’accord : bien manger permet d’être en bonne santé. Mais manger, c’est aussi bon pour penser, pour apprendre, pour jouer, pour bouger !

Les enfants ont besoin d’une alimentation équilibrée et variée pour être dans les meilleures dispositions de réflexion, d’apprentissages, d’efforts intellectuels et moteurs. La grande question qui revient alors régulièrement chez les parents est : comment faire manger des fruits et légumes à mes enfants ?

Quels sont les repères nutritionnels ? 

L’INPES (Institut National de prévention et d’éducation pour la santé) recommande :

  • au moins 5 fruits et légumes par jour,
  • des féculents à chaque repas et selon l’appétit,
  • des produits laitiers 3 fois par jour,

Attention cependant à la consommation de lait : certains spécialistes lui attribuent des incidences négatives sur l’hyperactivité et le déficit d’attention).

Isabelle Filliozat écrit dans Il me cherche : « Outre sa teneur en phosphates, le lait contient du sucre et des caséines opioïdes qui se fixent sur les récepteurs du cerveau. Le lait est impliqué dans l’agressivité et le manque d’attention. Il y a davantage de calcium dans une poignée d’amandes que dans un verre de lait. La suppression du lait de vache est efficace en 24 heures !  »

  • des protéines (viande, produits de la mer ou oeufs) 1 à 2 fois par jour,
  • limitation de matières grasses ajoutées,
  • limitation de la consommation de produits sucrés,
  • de l’eau à volonté,
  • limitation de la consommation de sel.
comment faire manger des fruits et légumes aux enfants ?

Extrait du guide Nutrition pour tous – édité par l’INPES

En France, 81% des enfants de 3 à 14 ans mangent moins de 3 portions de fruits et légumes par jour, ce qui est en dessous de leurs besoins nutritionnels.

Pourquoi les enfants rechignent-ils à manger des fruits et légumes ? 

Facteurs biologique

La sensibilité gustative

Un enfant peut aimer ou ne pas aimer le goût de certains aliments. Même les adultes ont leurs goûts : personnellement, je n’aime pas les champignons. Je n’aimerais pas qu’on me force à en manger ! En revanche, ma fille en raffole : il m’arrive donc d’en cuisiner pour elle exclusivement. En revanche, je sais qu’elle ne mangera pas d’épinards quand j’en cuisine. Tanpis, je ne me prive pas d’en faire pour autant !

EDIT : ma fille aime dorénavant les épinards :-). A force de présentation et de voir les autres en manger, elle a fini par regoûter et par les aimer !

Cela participe à lui montrer qu’elle a le droit d’avoir ses goûts comme j’ai le droit d’avoir les miens.

La néophobie

La néophobie passe par plusieurs étapes. D’après la sociologue Marie Tezé, les enfants de 6 à 11 ans considèrent les fruits et légumes comme des « objets comestibles non identifiés ». Ils éprouvent de la peur face à certains aliments et ne voudront même pas les goûter !

Facteurs affectifs

Convivialité et authenticité

Marie Tezé ajoute que le repas comble autant les besoins affectifs que biologiques des enfants :

« Pouvoir échanger de la nourriture et des paroles avec les personnes aimées dans un climat de confiance semble être le plus important dans le ressenti du repas par les enfants. »

Apprentissages culinaires

Les pratiques familiale jouent un rôle important dans la sensibilisation pour les produits frais. Plus les enfants seront mis en contact avec les fruits et légumes (dès le plus jeune âge, le plus fréquemment possible, à la maison et en dehors de la maison, par des exemples de consommation en famille), plus ils apprécieront de les consommer.

Comment faire manger des fruits et légumes aux enfants à la maison ?

Montrer aux enfants que les fruits et légumes peuvent être consommés sous diverses formes

Faire l’apologie du « fait maison » peut être dangereux car cela peut être un frein pour certaines familles : commencer par manger des fruits et légumes surgelés ou en boîte, c’est déjà manger des fruits et légumes !

Montrer à l’enfant qu’on peut faire une soupe aussi bien à partir d’une boîte toute prête, qu’à partir de légumes surgelés pré-découpés ou encore de légumes frais, c’est apprendre aux enfant que c’est facile de manger des fruits et légumes, qu’on peut manger des fruits et légumes même quand on est pressé, qu’on n’a pas envie de se lancer dans une grande préparation ou qu’on est mauvais en cuisine.

Les fruits et légumes peuvent aussi être consommés crus : c’est assez évident pour les fruits, moins pour les légumes. Proposer des sticks de carottes, des bouquets de choux fleurs, des épis de maïs, des tomates cerises à manger avec les doigts peut être un moyen de se rapprocher de l’esprit « snacking » que les enfants adorent.

enfant mange pastèque fruits et légumes

Pour que les enfants mangent des fruits et légumes et qu’ils conservent cette bonne habitude plus tard, il est essentiel de leur apprendre que ces aliments se cuisinent facilement, rapidement, de leur transmettre des recettes simples avec peu de matériel.

La présentation, ça compte !

Pourquoi ne pas essayer de proposer des fruits et légumes sous forme de mandalas, de personnages, d’objets rigolos, d’animaux, de frites de légumes ? Vous trouverez plein de recettes sur Internet et notamment les hérissons mignons à croquer ici , des voitures, des souris ou des papillons par ici ou encore des mandalas (en bas de page) par .


hérisson en poire et amande

Pour plus d’idées, je vous conseille le livre Recettes à croquer avec Pako :

Même si l’enfant ne mange pas les aliments que vous lui présentez une fois, vous pouvez persévérer : c’est comme en publicité,  c’est la répétition qui fait que vous finirez par acheter 🙂 ! Par ailleurs, le fait de vous en voir manger lui permettra de surmonter sa peur de l’inconnu initiale.

Cuisiner en famille et goûter tous ensemble

Cuisiner avec l’enfant est un excellent moyen de rendre les fruits et légumes plus familiers. Pensez au simple fait de les manipuler, de les nommer, de les couper, de les peser, de toucher les différentes matières, de sentir les différentes odeurs, de voir les différentes couleurs, de remarquer les effets de la cuisson (la courgette diminue de taille, l’oignon change de couleur, la pomme de terre se ramollit…), de les goûter crus puis cuits. La cuisine est une excellente occasion d’apprentissages informels, d’expérimentations, de questions à poser à votre enfant, d’acquisition de vocabulaire.

Pour faire de vos enfants de vrais cuistots, vous pouvez lui offrir la panoplie :

Il peut arriver que les enfants aiment les fruits et légumes sous une forme (crumble de courgettes, soupe de légumes avec du fromage et des croûtons, gratin de choux-fleur) mais pas sous une autre (purée de courgettes, poêlée de légumes, choux fleur cuit à la vapeur). Variez les recettes, agrémentez avec ce qui vous passe sous la main (fromage, lardons, sucré/ salé, lait de coco…).

Le livre de recettes végétaliennes pour enfants vous donnera des pistes pour préparer des plats à base de fruits et légumes :

Offrir plus de choix lors des repas

Une étude scientifique a démontrée que lorsqu’on propose plus de choix en matière de fruits et légumes au cours d’un repas, les enfants ont tendance à en choisir plus ! La revue Equation Nutrition l’explique ainsi :

« Pourquoi les enfants choisissent-ils plus de légumes si on leur en propose deux au lieu d’un ? Une explication peut être la « norme de consommation »: si on donne le choix entre plusieurs aliments différents, les enfants se serviront au moins une bouchée de chacun. »

Ainsi,  offrir plusieurs choix de légumes au cours d’un repas aux enfants pourrait être une stratégie simple et efficace pour les encourager à en consommer plus et avoir des repas plus sains.

panier de fruits et légumes

Faire participer les enfants aux courses et au choix des aliments

Aller au marché avec les enfants est une bonne idée pour leur faire découvrir la variété des fruits et légumes. Les commerçants font souvent goûter leur production : ce sera l’occasion de goûter, d’échanger vos points de vue en famille sur les saveurs et les odeurs, de poser des questions aux maraîchers, de parler des fruits de saison, de demander à vos enfants ce qui leur fait envie. L’idéal étant même d’avoir son propre jardin mais ce n’est pas faisable pour tout le monde !

Il existe aussi des fermes dans lesquels vous pouvez vous-mêmes cueillir vos fruits et légumes : là encore, c’est une idée de sortie familiale.

Au supermarché, vous pouvez aussi laisser des responsabilités et de l’autonomie à vos enfants :

  • à eux d’aller chercher les fruits et légumes sur votre liste (responsabilités à moduler selon leur âge : l’enfant est-il capable de peser lui-même ? si l’enfant est jeune, il peut se contenter de mettre les fruits et légumes dans le sachet)
  • vous pouvez aussi leur laisser carte blanche pour choisir un fruit et un légume en fonction de leurs envies et de leur goût dans le rayon par exemple.
 Sources : L'école des parents - Oct/Nov 2007 -- Equation Nutrition - Juill/ Aout 2014 -- La santé vient en bougeant, Le guide nutrition pour tous

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Rebecca dit :

    Sans vouloir faire l’apologie du végétarisme, montrez à votre enfant que la viande qu’il mange provient des abattoirs, et peut-être qu’il trouvera résolument meilleurs les fruits et légumes…

    • Caroline dit :

      Bonjour,

      merci pour votre commentaire.

      Ma fille en est venue d’elle même à cette question : « Maman, ça vient d’où la viande ? ». Comme je lui ai dit que ce sont des animaux morts qu’on a tués pour les manger, elle m’a répondu qu’elle ne voulait plus en manger. Du coup, c’est vrai que je cuisine beaucoup moins de viande qu’auparavant. On n’est pas encore passé à un régime totalement végétarien mais je me pose des questions, je pense qu’on y viendra à la maison. C’est sûrement une des grandes tendances sociétales des années à venir.

      Bonne journée
      Caroline

  2. Mélanie dit :

    Bonjour, tout d’abord merci pour tout les renseignements que vous donner. Beaucoup m’aide au quotidien! Par contre, manger 3 produits laitiers par jours est dangereux pour la santé. De nombreuses études l’ont démontré donc je n’entrerai pas dans les details. Etant un pays où la productions de lait est énorme, il est dans l’intérêt de beaucoup ( mais pas de nous évidemment) de nous faire croire que c’est indispensable d’en consommer…

    • Caroline dit :

      Bonjour,

      merci pour votre message.

      En effet, j’ai repris les recommandations officielles sur un dépliant du Ministère mais j’ai depuis regardé des vidéos et lu des livres qui sensibilisent aux dangers de la surconsommation de produits laitiers.

      Je vais modifier l’article avec cette mise en garde.

      Bonne journée
      Caroline

  3. cagnoli dit :

    Bonjour Caroline,

    Je suis éducatrice de jeunes enfants et quelques années d’expérience derrière moi au sujet des légumes!
    En effet, les légumes ont un pouvoir répulsif chez une partie des enfants, petits et grands.(tous ne les rejettent pas, ou pas tout de suite!) Ce que vous dîtes est très juste, pour avoir envie de goûter, on doit partager ces moments d’aller au marché, au supermarché choisir et voir tout ces étalages de fruits et de légumes, parler de ce que l’on voit avec son enfant, des couleurs, des aspects étranges, rigolos, rugueux, lisses, des odeurs, goûter aussi quand un maraîcher nous le propose (et pas forcément qu’avec les légumes et les fruits, cela peut être avec du fromage, du pain…). Le plaisir de manger passe par les sens, qui eux se « travaillent » aussi en amont en allant donc au marché mais ensuite, à la maison, et même avec les tout petits, à laver, découper, croquer, sentir, faire cuire…la cuisine, préparer le repas, demander à notre aîné de nous aider, permet à l’enfant de trouver les gestes simples et de sécurité (savoir utiliser un couteau, reconnaître le côté de la lame qui coupe et avec laquelle on apprend à faire attention, à bien positionner ses doigts…) La découverte de son monde, pour le petit, passe par son expérimentation…et par le plaisir que nous transmettons nous adultes à nos enfants, qui vivent au quotidien avec nous et absorbent énormément nos émotions, nos ressentis. Ainsi, un dégoût d’un aliment peut aussi se transmettre plus facilement, sauf si on arrive à rester très neutre face à cet aliment. Combien de fois ai-je eu des parents qui témoignaient devant leur enfant de ce qu’ils détestaient manger et qui disaient c’est normal qu’il n’aime pas car moi je n’aime pas! le parent officialise et l’enfant n’est pas prêt de le manger. L’attitude positive entre en jeu dans ces débuts d’apprentissage alimentaire.
    Il ne faut cependant pas oublier, que pour un tout petit il faut à peu près (ce n’est pas une norme) une dizaine de présentations du même aliment avant de l’accepter, sous la même forme ou pas. Son aspect, son goût, son odeur, tout compte dans son apprivoisement. Et les petits sont très sensibles à leur aspect, à la sensation qu’il procure dans leur bouche…Le présenter sous des formes différentes aide. Il arrive cependant qu’un enfant refuse de goûter et que s’instaure un véritable combat familial….Lâcher du leste est nécessaire. Repas = moment de partage, instant conviviale.
    Et n’oublions pas que nos enfants sont tous différents et qu’ils changent en grandissant….pour les plus récalcitrant, si les légumes ont toujours fait parti de son milieu quotidien, un jour les mangera petit à petit, jeune adulte…résultat de son imprégnation éducative.

  4. Monjo dit :

    Bonsoir,
    je viens de découvrir votre blog et vous remercie infiniment pour ce travail magnifique. Vous m’avez redonné du courage, de la volonté, et même des idées.
    J’ai deux filles de 3ans et demi et de 2ans. Ma petite a de nombreuses intolérances alimentaire (gluten, lactose, pomme de terre et tomates) jusque là elle mangeait quasiment de tout mais depuis environ 2 mois, elle refuse toute forme ou sorte de légumes. Je ne sais pas comment réagir…. Elle refuse même de gouter. Elle saute beaucoup de repas malgré sa faim, puisqu’elle réclame un gâteau ou du chocolat. Sa grande soeur n’affectionne pas plus les légumes mais elle goute, parfois elle a de bonnes surprises. J’essaye de les intégrer à la préparation du repas mais c’est vraiment extrêmement difficile, ma grande veut absolument découper les légumes avec le grand couteau… et la petite se désintéresse totalement de la préparation du plat et tripote à tout autour. Par contre quand il s’agit de préparer un gâteau alors là, tout le monde est d’accord. Ma grande choisit les légumes avec moi, mais la petite s’en fiche totalement et préfère courir…
    Merci pour vos idées, conseils…

    • Caroline dit :

      Bonjour,

      merci pour votre message que je prends comme un témoignage de confiance. Avant de vous répondre, je tiens à préciser que je ne suis pas psychologue ni coach parentale (juste une maman enseignante). Les quelques pistes que je peux évoquer sont donc à prendre comme des « conseils d’amie » :).

      Si votre dernière mangeait des légumes jusqu’à maintenant, cela reviendra probablement :). Je crois que plus les parents s’inquiètent sur le sujet, plus les enfants sentent cette pression et moins ils sont enclins à en manger (je sais bien que c’est plus facile à dire qu’à faire…).

      J’imagine que vous avez peur des carences ? et que vous aimeriez passer des repas agréables sans opposition et sans devoir faire des plats à part (ou seulement des plats qui plaisent à vos enfants au détriment de votre propre plaisir) ? Peut-être que vous pouvez leur faire part de ces peurs et les solliciter pour trouver une solution. Elle sont encore un peut petites mais cela peut valoir le coup d’essayer (par exemple, « comment tu voudrais tes courgettes : en tarte ou en purée ? » ou « et si on instaurait un repas découverte toutes les semaines où on mangerait un aliment qu’on n’a jamais goûté avant ? »).
      Peut-être que vos filles accepteraient de manger des légumes sous forme de sandwich (pâté végétal ou bien le concombre qui sert de « pain »…) ? L’idée est d’amener ces goûts sous une forme qui leur plait et leur est familière (chips de légumes, brochettes de légumes, bâtonnets à tremper dans de la sauce, figurines ou animaux dessinés avec des légumes…).

      Par ailleurs, il sera peut-être plus aisé de leur faire manger des fruits. Pour ma part, j’essaie toujours de compenser l’absence de légumes par un fruit (ou inversement).

      Je pense que vous avez raison de les impliquer (même si elles semblent peu réceptives pour l’instant). Elle sont en train de se familiariser avec ces aliments et leurs goûts continueront d’évoluer avec l’âge.
      Si vraiment la situation vous inquiète, je peux vous proposer le livre de Carlos Gonzales « mon enfant ne mange pas » : http://www.lllfrance.org/boutique/livres/mon-enfant-ne-mange-pas-detail

      J’espère avoir pu vous apporter quelques pistes.

      Bonne journée
      Caroline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *