Quand les enfants font une crise après une super journée/ un super moment : « ils ne sont jamais contents ! »

Quand les enfants font une crise après une super journée/ un super moment : « ils ne sont jamais contents ! »

Incompréhension des parents et émotions des enfants

Dans son livre  Développer l’Estime de Soi de Son Enfant, Petra Krantz Lindgren insiste beaucoup sur l’écoute empathique et bienveillante au quotidien. Elle l’applique à de nombreuses situations de la vie courante et notamment quand les enfants ne sont pas contents après un moment agréable… alors qu’ils devraient au contraire être reconnaissants et heureux (c’est à ce moment-là que les parents sont tentés de dire : « ils sont jamais contents », « on leur donne la main, ils prennent le bras »).

Au contraire, Petra Krantz Lindgren explique que c’est nous qui réagissons souvent de manière inappropriée quand nos enfants ne semblent pas apprécier tous nos efforts à leur égard.

Nous sommes guidés par notre besoin de reconnaissance pour avoir emmené les enfants dans un parc d’attraction, à la fête foraine ou encore à un spectacle et pour avoir dégagé du temps exclusif pour eux. Or il arrive rarement que les enfants expriment leur gratitude et ils ont même plus souvent une attitude opposée : pleurer, en demander plus, rechigner à partir, râler…

Notre déception et notre colère qui découlent à la fois de besoins insatisfaits et d’une incompréhension peut nous pousser à dire des paroles dévalorisantes : « Voilà tout ce que je fais pour eux, pour leur faire plaisir et qu’est-ce qui se passe ? Il râle ! Pourquoi ne sont-ils jamais contents ? » Pour quoi ne peuvent-ils pas simplement être contents et dire merci que d’en demander toujours plus ? ».

A la lumière d’une écoute empathique et bienveillante, nous pouvons accéder à plus de compréhension des réactions émotionnelles des enfants. Petra Krantz Lindgren propose de comparer les réactions des enfants avec celles des adultes quand eux-mêmes passent des bons moments. A la fin des vacances, on n’a généralement peu envie de rentrer, on voudrait souvent encore un mois de vacances ! Est-ce que cela veut dire que nous ne sommes pas contents de nos vacances ? Au contraire : nous les avons tellement appréciées que nous voudrions faire durer ce moment plus longtemps… et cela quelqu’a été la durée des vacances.

Les enfants réagissent comme nous sauf que leur cerveau n’est pas assez mature d’un point de vue émotionnel pour mettre des mots logiques et cohérents sur les émotions (comme « je suis en même temps content et déçu », « je suis triste que cela se finisse et heureuses que cela ait eu lieu »). C’est notre rôle d’adultes de « muscler » le cerveau émotionnel des enfants en leur montrant des exemples de gestion émotionnelle et en leur fournissant des mots de vocabulaire relatifs à leurs émotions.

Un enfant qui pleure et refuse de rentrer dit entre les lignes : « C’était tellement génial que je voudrais que cela ne s’arrête jamais ! »

L’écoute empathique et bienveillante peut nous être d’une grande aide dans ce cas. L’enfant n’est pas mécontent, au contraire ! Quand un parent n’écoute pas entre les lignes et ne retient que l’aspect « les enfants ne sont jamais contents, ils font des comédies pour tout et rien », les conséquences négatives sont doubles :

  • l’enfant a l’impression de ne pas être compris et le lien avec le parent s’affaiblit,
  • l’enfant peut être amené à penser que ses parents n’aiment pas passer du temps avec lui puisqu’ils n’expriment que de la colère et des reproches face à ses mots, certes maladroits d’un point de vue d’adultes, pour exprimer sa joie.

L’écoute bienveillante et empathique

Quand un parent écoute les besoins et les émotions d’un enfant, ce dernier se sent compris et reçoit le message que ses parents ont également apprécié ce moment.

Petra Krantz Lindgren propose cet exemple de dialogue pour illustrer l’écoute bienveillante et empathique en pratique :

enfants jamais contents

Les effets du « mais »

Dans l’exemple que donne Petra Krantz Lindgren, elle insiste sur l’absence de « mais » (« Oui, c’était génial, je me suis bien amusée moi aussi et j’ai aimé passé ce moment avec toi. Mais, maintenant, il faut rentrer… »).

En ajoutant un « mais », c’est comme si on gommait les paroles empathiques précédentes. Là encore, Petra Krantz Lindgren prend l’exemple d’un adulte pour faire comprendre ces propos. Si une personne nous dit : « J’aime beaucoup ta coupe de cheveux, mais je trouve ta veste moche. », la majorité d’entre nous retient seulement la deuxième partie de la phrase.

Petra Krantz Lindgren propose de remplacer le « mais » par « en même temps » et d’éviter les mots contraignants comme « il faut, on doit » mais de plutôt utiliser des messages-Je : « Je vois que tu t’amuses bien et, en même temps, j’ai besoin/ j’ai envie… ».

Quand les crises émotionnelles sont des décharges de stress

Isabelle FIlliozat nous invite quant à elle à différencier les émotions primaires des décharges de stress. Après une journée stimulante (au parc d’attraction, à la fête foraine, à une soirée notamment), il se peut que le cerveau des enfants soit saturé et désorienté (en raison d’une accumulation d’émotions, de contraintes trop fortes comme la contrainte à l’immobilité, d’une sur-stimulation en termes de bruit, de lumière…).

Les soirées (comme les mariages), les fêtes foraines, les supermarchés sont des sources de sur-stimulation pour les enfants : le cerveau des jeunes enfants n’est pas préparé à trier toutes les stimulations auxquelles il est exposé (bruits, tentations, odeurs…). Comme le cerveau est débordé, il est sous stress et les risques de crise émotionnelle sont grands.

Les crises sont des réactions émotionnelles inappropriées et disproportionnées qui durent longtemps et secouent l’enfant qui est comme « hors de lui ». Dans ces cas-là, l’écoute empathique est inutile car le cerveau de l’enfant a disjoncté.

Je vous invite à lire cet article pour aller plus loin (et savoir comment réagir dans ces cas précis) : Comment différencier les émotions primaires des réactions parasites et des décharges de stress chez les enfants ?

………………………………………………………………………………………….

Source : Développer l’Estime de Soi de Son Enfant : les clés de l’éducation bienveillante de Krantz Lindgren Petra (éditions Eyrolles). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Développer l’Estime de Soi de Son Enfant sur Amazon ou sur Decitre.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *