Gratuits : 3 jeux pour se familiariser avec la Communication Non Violente en famille

Gratuits : 3 jeux pour se familiariser avec la Communication Non Violente en famille

On n’a pas toujours conscience qu’on peut être violent avec des mots ou être violent contre soi. Le processus de la communication non violente (CNV) vise à respecter toutes les formes de vie.

C’est amener soi et les autres non pas à agir par peur de la punition, par intérêt de la récompense ou par culpabilité, mais à partir de l’intention de comprendre et satisfaire les besoins de chacun.

La communication non violente est une invitation à la lenteur. – Fabienne Posca (formatrice en CNV)

On peut essayer d’être empreint de cette communication bienveillante autant que possible lors des conflits : est-ce que j’ai l’intention d’être connecté avec moi et avec l’autre avec lequel je suis en conflit pour nous rendre la vie plus belle ?

La Communication Non Violente (CNV) est un processus de communication en 4 étapes :

schema-la-communication-non-violente

Un exemple : Quand tu as traversé la rue sans regarder, j’ai eu peur et j’ai besoin de prendre soin de toi. Je te demande de t’arrêter à chaque fois au passage piéton et de regarder à droite puis à gauche avant de traverser.

La maîtrise du processus de la Communication Non Violente requiert un travail en amont sur le vocabulaire des sentiments et des besoins, ainsi que la capacité à reconnaître un message qui accuse d’un message qui exprime un besoin.

Les 3 jeux proposés ci-dessous s’y attellent :

  • Les feuilles des sentiments
  • Les cartes des besoins
  • Le langage chacal et le langage girafe

 

1.Les feuilles des sentiments

Imprimer la liste des sentiments et les découper en forme de feuilles d’arbre (un sentiment correspond à une feuille)

liste sentiments cnv

jeu communication non violente enfant

Dessiner deux arbres l’un à côté de l’autre sur une grande feuille :

  • le premier arbre a les branches ouvertes sur le ciel
  • le deuxième arbre a les branches tournées vers le sol

Ces deux arbres représentent les humains : le premier quand les besoins sont satisfaits, le deuxième quand les besoins ne sont pas satisfaits. On pourra écrire dans le tronc du premier « Quand mes besoins sont satisfaits » et dans le tronc du deuxième « Quand mes besoins ne sont pas satisfaits ».

Expliquer que tous les sentiments servent à alerter sur des besoins : les sentiments agréables sur des besoins satisfaits et les sentiments désagréables sur les besoins insatisfaits (on pourra poser des questions aux enfants : « Comment tu te sens quand ton besoin de manger est satisfait ? et quand ton besoin de faim n’est pas satisfait ? »).

Étaler les feuilles des sentiments par terre ou sur une table et présenter les arbres.

Prendre une feuille à la fois : lire le sentiment qui y est écrit, engager une discussion sur ce sentiment, le mimer, évoquer des situations dans lesquelles cet sentiment a été éprouvé. Une fois ce travail sur le vocabulaire effectué, décider ensemble quand ce sentiment est éprouvé : quand un besoin est satisfait ou quand un besoin est insatisfait ? quels exemples vécus ou vus/ lus dans une histoire ?

En fonction de la réponse, coller la feuille soit sur une branche du premier arbre, soit sur une branche du deuxième arbre.

Laisser la possibilité aux enfants de décorer, colorier, personnaliser les feuilles (par exemple, une couleur pourra être attribuée aux émotions agréables et une autre aux émotions désagréables puis dégrader ces couleurs selon l’intensité du sentiment).

 

2. Les cartes des besoins

Apprendre à identifier les besoins avec ce jeu de cartes positif  

Ce petit jeu consiste à identifier certains de nos besoins, d’évaluer dans quelle mesure ceux-ci sont satisfaits… et de voir comment nourrir des besoins insatisfaits.

Je vous propose de télécharger les cartes des besoins issus de la Communication Non Violente (quelques besoins fondamentaux qui nous animent tous) :  cartes besoins jeu CNV

Règles du jeu :

  • Télécharger et imprimer les cartes des besoins (les coller sur du carton ou les plastifier pour plus de solidité)
  • Retourner les cartes et les étaler sur la table (ou les tenir en éventail face cachée)
  • Piocher une carte et lire le besoin inscrit
  • Se connecter à ce besoin :
    • quand est-ce que je ressens ce besoin ?
    • comment se manifeste-t-il ?
    • comment je me sens/ qu’est-ce que je fais quand ce besoin est insatisfait ?
    • comment a-t-il été satisfait dans le passé ?
    • est-ce que cela m’a nourri.e et comblé.e ?
    • si non, comment pourrait-il être satisfait différemment dans le futur ?
    • comment je me sens quand ce besoin est satisfait ?
    • comment serait la vie si ce besoin était toujours satisfait ?
    • qu’est-ce que je fais au quotidien pour prendre soin de ce besoin ?
  • Partager ce qui se passe à l’intérieur (dans une approche tête/ corps/ coeur) une fois en connexion avec ce besoin :
    • qu’est-ce qui est vivant à l’intérieur ?
    • comment je me sens ?
  • Imaginer une action réalisable aujourd’hui pour nourrir ce besoin et se donner pour mission de la réaliser
  • Imaginer des actions concrètes pour nourrir ce besoin à l’avenir et éventuellement les noter sur un carnet

On peut jouer à ce jeu seul ou bien à plusieurs et tirer autant de cartes que voulu. Les enfants (dès 6 ans) comme les adultes peuvent y jouer : les enfants auront peut-être besoin d’explications et d’exemples pour clarifier la signification de certains besoins.

Apprendre à raisonner en termes de besoins est un premier pas vers la non violence.

Nous devons reconnaître nos besoins non satisfaits pour communiquer AVEC les autres, pas CONTRE les autres :

  • quand nous exerçons un jugement contre quelqu’un d’autre
  • quand nous exerçons un jugement contre nous même

Les jugements, critiques, diagnostics et interprétations portant sur les autres sont autant d’expressions détournées de nos besoins. – Marshall Rosenberg

 

Communiquer avec la communication non violente implique de trouver le besoin non satisfait qui se cache derrière chacun de nos jugements car les besoins sont la vie qui cherche une expression !

A partir du moment où les gens parlent de leurs besoins plutôt que des torts des autres, il devient beaucoup plus facile de trouver des moyens de satisfaire tout le monde. – Marshall Rosenberg

Nous pouvons nous entraîner, comme un jeu, à tenter de deviner les besoins à l’origine de n’importe quel message. Cette capacité à discerner les besoins des autres est capitale dans la résolution des conflits :

Chaque message, quel que soit son contenu ou sa forme, est l’expression d’un besoin. – Marshall Rosenberg

 

3.Le jeu des girafes et des chacals

Un jeu collectif pour mettre en pratique la communication non violente

Ce jeu est inspiré du livre Parents respectueux, enfants respectueux de Sura Hart et Victoria Kindle Hodson.

jeu girafe cnv

Objectif :

Élargir le choix dans la manière d’entendre un message

Apprendre à traduire le langage chacal en langage girafe

 

Préparation :

Chaque participant se dote d’oreilles de chacal et de girafe (à imprimer dans le livre mentionné, à acheter sur cnvc.org ou mettre les mains en cornet pour la girafe et poings fermés pour le chacal)

Un animateur (de préférence un adulte qui est sensibilisé à la CNV) sera désigné et expliquera les 4 manières d’entendre un message selon la Communication Non Violente (CNV) :

  • Oreilles de girafe tournées vers l’autre : EMPATHIE (j’entends les émotions et besoins de l’autre)
  • Oreilles de girafe tournées vers moi : AUTO EMPATHIE (j’entends mes propres émotions et besoins)
  • Oreilles de chacal tournées vers l’autre : CRITIQUES ET REPROCHES ENVERS LES AUTRES (j’entends des critiques et je critiques en retour, j’entends des reproches et je fais des reproches en retour)
  • Oreilles de chacal tournées vers moi : AUTO CRITIQUE ET AUTO REPROCHE

 

Déroulement :

L’animateur donne des exemples de langage chacal et girafe et les participants doivent mettre leurs oreilles de manière à refléter le langage utilisé. Par exemple :

  • si l’animateur dit « Tu es vraiment méchant », les participants mettront leurs oreilles de chacal tournées vers l’autre (CRITIQUE)
  • si l’animateur dit « C’est toi qui est méchant », les participants mettront à nouveau leurs oreilles de chacal tournées vers l’autre (CRITIQUE)
  • si l’animateur dit « C’est lui qui a raison, je suis nul », les participants mettront leurs oreilles de chacal tournées vers eux (AUTO CRITIQUE)
  • si l’animateur dit « Tu es contrarié car tu veux que tes besoins soient pris en compte ? », les participants mettront leurs oreilles de girafe tournées vers l’autre (EMPATHIE )
  • si l’animateur dit « Je suis blessé et triste, j’ai besoin de compréhension », les participants mettront leurs oreilles de girafe tournées vers eux (AUTO EMPATHIE )

Une fois que ce tour a été effectué, l’animateur distribue les oreilles de chacal à une personne et les oreilles de chacal à une autre. Chacun à leur tour, les autres participants prononce un message difficile à entendre (un jugement, une critique, un reproche en langage chacal).

La personne qui porte les oreilles de chacal répond d’abord avec les oreilles tournées vers les autres, puis avec les oreilles tournées vers elle-même.

Puis la personne qui porte les oreilles de girafe répond avec les oreilles tournées vers les autres, puis avec les oreilles tournées vers elle-même.

Une fois le tour terminé, les oreilles sont données à d’autres participants.

 

On peut imaginer d’autres variantes : tous les membres portent des oreilles girafes et doivent réagir en langage girafe à un message difficile lancé par l’animateur; on peut inventer un dialogue dans lequel chaque locuteur porte des oreilles différentes (l’un ne s’exprimant qu’en langage chacal et l’autre seulement en langage girafe) ou inventer un dialogue dans lequel chaque locuteur porte les mêmes oreilles (soit chacal soit girafe) puis on pourra discuter des différences et des résultats constatés selon le type de langage utilisé.

 

Ces trois petits jeux entraînent les petits (dès 6/7 ans) et les grands à pratiquer la CNV. Ils peuvent être proposés en classe et à la maison pour éveiller les enfants et les adolescents à la communication non violente, en famille ou même en entreprise.

……………………………………………………………………………………………………..

Commander Parents respecteux, enfants respectueux sur Amazon. (éditions La Découverte)

Également disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet (Decitre).

Enregistrer

Enregistrer

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13 juillet 2017

    […] Gratuits : 3 jeux pour familiariser les enfants avec la Communication Non Violente […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *