Les premiers gestes Zéro Déchet : le témoignage d’un mode de vie presque sans déchet

Les premiers gestes Zéro Déchet : le témoignage d’un mode de vie presque sans déchet 

Pauline Imbault est membre de l’association Zero Waste France. Elle livre son témoignage dans ce TedX sur son mode de vie Zéro déchet. Elle nous propose des pistes pour les premiers gestes zéro déchet.

Avant d’avoir consommé quoique ce soit, on a déjà commencé à jeter des emballages à la poubelle. Mais on peut vivre sans produire de déchet. Faites le premier pas, le reste viendra tout seul. – Pauline Imbault

3 piliers du Zéro Déchet

Pour passer à un mode de vie Zéro Déchet, on doit faire attention à 3 choses :

  1. ce qui va entrer chez nous : la première chose est de REFUSER ce dont on n’a pas besoin (les emballages pour plutôt acheter en vrac quand c’est possible, les objets publicitaires, la publicité non adressée, les fruits et légumes emballés, les sachets chez le boulanger, les produits jetables…). On peut ainsi prendre un torchon pour emballer le pain, emprunter des livres à la médiathèque, acheter des produits d’occasion non emballés, remplacer le coton par des lingettes lavables, le sopalin par des torchons, les cotons tiges par un oriculi, les shampoings et savons liquides par des shampoings et savons solides;
  2. ce qui est chez nous (trier les objets qu’on a chez soi, désencombrer pour donner et/ou revendre et/ou échanger, réparer, entretenir, redécorer pour donner une seconde vie aux meubles plutôt que les changer, louer ou prêter des appareils qui servent peu comme la perceuse ou le service à raclette…);
  3. ce qui sort de chez nous (trouver le bon endroit où jeter les objets, faire du compost avec les biodéchets…).

On retrouve ici les trois piliers du Zéro Déchet :

  • recycler,
  • réutiliser,
  • composter.

Lire aussi : Zéro déchet : 10 défis à relever pour commencer

Les avantages du Zéro Déchet

commencer-zéro-déchet-enfants


  • des économies,
  • du temps pour soi (plutôt que pour les choses qui nous entourent),
  • de la créativité (le manque de choix invite à faire autrement et à changer ses habitudes),
  • du dynamisme pour la vie locale et du lien relationnel,
  • la protection de l’environnement,
  • une meilleure santé (individuelle et collective).

Pour ma part, je suis étonnée justement par les idées nouvelles qui peuvent émerger quand on adopte cette philosophie. Dernièrement, je n’avais plus de farine pour cuisiner un crumble aux légumes… mais j’avais du pain sec : j’ai donc mixé le pain sec pour remplacer la farine. Je remplace également régulièrement le lait dans mes préparations par de l’eau (la dernière fois que j’ai fait des crêpes, j’ai remplacé un tiers du lait par de l’eau sans problème; idem pour la béchamel). J’ai aussi recyclé un caleçon troué de ma fille que j’ai découpé en morceaux pour faire des mouchoirs lavables. Je mets le marc de café dans mon évier pour entretenir les canalisations et j’utilise systématiquement des sacs en tissu pour mes achats de fruits et légumes.

Le zéro déchet et le minimalisme, une bonne manière de faire marcher son cerveau !

………………………………………………………………………………………………….

Pour aller plus loin, le livre pilier de Béa Johnson : Zéro déchet : 100 astuces pour alléger sa vie (comment j’ai réalisé 40% d’économie en réduisant mes déchets) aux éditions J’ai Lu.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 7 mai 2017

    […] Les premiers gestes Zéro Déchet : le témoignage d’un mode de vie presque sans déchet […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *