Les 5 principaux regrets des personnes en fin de vie

Les 5 principaux regrets des personnes en fin de vie

Dans son livre Les 5 regrets des personnes en fin de vie, l’infirmière australienne Bronnie Ware a listé les cinq plus grands regrets de personnes en fin de vie avec lesquelles elle a travaillé durant sa carrière en soins palliatifs.

Bronnie Ware – infirmière australienne en soins palliatifs – a posé cette délicate question « À votre avis, quels pourraient être vos 5 plus grands regrets, à l’automne de votre vie ? » aux patients qu’elle a accompagnés durant leurs dernières semaines et avec lesquels elle a tissé des liens profonds.

Émue par leurs réponses sincères et authentiques, mais aussi bouleversée par la similitude de leurs témoignages, l’autrice a souhaité les partager au travers d’un ouvrage intense qui nous fait tous réfléchir sur le sens à donner à notre vie…

Voici la liste qu’elle a retirée de ces échanges :

1.J’aurais aimé avoir le courage de vivre ma vie comme je l’entendais, et non la vie que les autres voulaient pour moi. 

2.J’aurais aimé ne pas m’acharner autant dans le travail. 

3.J’aurais aimé avoir le courage de dire mes sentiments. 

4.J’aurais aimé rester en contact avec mes amis.

5.J’aurais aimé m’autoriser à être plus heureux.se.

On remarque dans cette liste qu’aucune personne en fin de vie ne regrette de n’avoir pas pu s’offrir une possession matérielle comme le dernier écran plasma ou le dernier smartphone.


Une liste qui nous invite à mener une vie au plus près de nos aspirations…

Et vous, quels pourraient être vos 5 plus grands regrets à la fin de votre vie ?

…………………………………………………………………………………………………………….

Source : Les 5 regrets des personnes en fin de vie de Bronnie Ware (éditions Guy Trédaniel). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. J. dit :

    regrets… fondamentaux?
    Chacun de ces regrets font penser a un besoin :
    1. Besoin d’accomplissement de soi
    2. Besoin de reconnaissance
    3. et 4. Besoin d’appartenance et d’amour
    4. Besoin d’estime

    Comme quoi, reconnaître ces besoins en chacun de nos enfants semble fondamental!
    (La hiérarchie des besoins, selon la théorie de la motivation – Maslow)

    • Caroline dit :

      C’est vrai ! Pour ma part, je préfère me référer aux besoins de la Communication Non Violente tels qu’ils sont formulés par Marshall Rosenberg… mais cela se rejoint tout à fait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *