La vérité sur l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur

La vérité sur l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur

Comprendre l’instinct d’attachement

Dans sa conférence Au coeur des émotions de l’enfant (mars 2017), Isabelle Filliozat aborde la question de l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur.

Elle rappelle que les parents sont comme des portes avions pour les enfants.

Pour expliquer l’attachement des enfants aux parents, on peut utiliser l’image du réservoir d’amour à remplir chaque fois qu’il se vide. La figure primaire d’attachement de l’enfant (souvent la mère) est la station d’essence, le « porte avion » pour reprendre les mots d’Isabelle Filliozat, auprès de laquelle l’enfant a besoin de s’approvisionner en carburant (amour, tendresse, présence) et de pouvoir se replier en cas de danger. L’enfant a besoin de pouvoir se replier sur cette base entre deux excursions dans le monde extérieur.

Au début de sa vie, le bébé est tout le temps (ou presque) sur son « porte avion ». Puis, l’attachement et l’exploration fonctionnant ensemble, le bébé va s’éloigner de plus en plus de son porte avion et a, en même temps, besoin de savoir qu’il a toujours une place disponible sur son porte avion.

Quand cette place est menacée, la réaction de tous les petits humains est biologique : ils se replient sur la base car la non disponibilité de la figure d’attachement est un signal de danger qui entrave l’exploration. Ainsi, quand le petit enfant pleure en l’absence de sa figure d’attachement, il ne peut pas être raisonné : sa réaction est biologique !

Lire aussi : La théorie de l’attachement : les 3 types d’attachement construits dans l’enfance et leurs répercussions à l’âge adulte

Remplir le réservoir d’attachement des enfants

Le réservoir de l’enfant est vidé par la faim, la fatigue, l’isolement, la séparation, le stress, les disputes, des blessures, des écorchures… Et une personne dont le réservoir affectif est vide aura tendance à être plus sensible, à chercher de l’affection et de l’attention par des moyens plus ou moins efficaces, à être plus irritable, moins coopérative.

Isabelle FIlliozat parle des réactions d’amour : regarder, répondre, écouter. Remplir le réservoir affectif des enfants peut donc passer par le fait de s’intéresser, de parler, de regarder tendrement l’enfant.

On comprend alors que l’arrivée d’un bébé dans la famille bouleverse profondément l’enfant : la place sur le porte avion est moins disponible. Il ne s’agit pas de jalousie mais d’une réaction biologique dictée par l’instinct d’attachement, dont la nature nous a dotés pour assurer notre survie.

Dire la vérité aux enfants au sujet de l’arrivée d’un nouveau né

L’écoute active et les besoins des enfants

Isabelle Filliozat nous conseille en conséquence de dire la vérité aux enfants au sujet des nouveaux nés : « Oui, cela va être dur ! Il y aura des moments supers et des moments durs parce qu’on ne sera pas toujours disponible quand tu en auras besoin. Il se peut que tu aies l’impression qu’on t’aime moins. Chaque fois que c’est le cas, viens me le dire car c’est important que tu continues à ressentir tout l’amour que j’ai pour toi ».

L’accompagnement des émotions réelles (et légitimes) des enfants est facilitée par l’emploi de l’écoute active et empathique couplée à un raisonnement en termes de besoins et d’attachement. Ce type d’écoute et de raisonnement nous aidera à refléter ce que l’enfant pense : « Tu as peur que je t’aime moins ? Dis moi ce que ça fait à l’intérieur. »

les mots d'amour regarder, répondre, écouter

Source : J’ai tout essayé (Isabelle Filliozat)

Réparer quand l’enfant a été blessé

Les enfants n’ont pas besoin qu’on soit parfait et disponible partout, tout le temps. On ne peut pas être toujours détendu, disponible, empathique. On peut en revanche réparer la relation quand on se rend compte que l’enfant a été blessé.


Remplir sans cesse le réservoir de l’enfant est le fondement des relations cœur à cœur parent/ enfant. Il ne s’agit pas de le remplir pour toujours mais d’y revenir au fil d’innombrables micro-interactions sur une durée qui se compte d’années en années. – Lawrence Cohen

Je vous propose deux jeux pour donner de l’attention à un enfant qui se sent à l’écart :

1. Moi prems, je veux jouer avec toi !

Ce jeu pourra être proposé à un enfant qui a besoin d’attention (par exemple, un aîné qui montre de la jalousie envers son cadet ou un enfant qui revient d’une longue séparation d’avec ses parents – vacances, déplacement professionnel, journée à la crèche…).

Un des parents pourra annoncer à l’enfant qu’il a absolument envie, et même besoin, de jouer avec lui. Ce besoin est irrésistible et doit être comblé maintenant, tout de suite !

Le parent se mettra à courir après l’enfant en disant : « Je veux jouer avec toi !« . L’autre parent se mettra alors en travers du chemin et manifestera lui aussi un désir immense de jouer avec l’enfant : « Non, moi d’abord ! »

Les parents pourront alors simuler une chamaillerie pour savoir qui jouera en premier avec l’enfant :

Non, c’est moi qui jouerai avec lui/ elle en premier !

– Non, moi prems !

– Pas question, c’est mon tour !

L’enfant devrait alors rire et sera amené à reconquérir la certitude dont il a besoin sur l’amour que ses parents lui portent.

Source : Peps magazine – printemps 2015

2. L’oeuf d’amour

J’en ai parlé à plusieurs reprises sur le blog mais j’aime particulièrement cette idée pour « recharger » l’enfant en amour.

C’est un jeu que propose Lawrence Cohen dans son livre Qui veut jouer avec moi ?

Il le propose pour charger les aînés en amour lors de l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite sœur qui « accapare » le temps des parents.

Installez les aînés sur vos genoux et annoncez leur que vous allez les remplir d’amour de papa et/ou de maman. Commencez par tapoter les orteils, remontez tous le long du corps et finissez par un bisou sur le sommet de la tête.

Vous pourrez même ajouter « l’œuf d’amour. » Faites semblant de casser un oeuf sur la tête de votre(s) enfant(s) puis suivez le mouvement de l’oeuf qui coule avec vos doigts. L’amour dégoulinera alors tout le long de la tête et du corps de l’enfant 🙂

…………………………………………………………………………………………………………..

Pour aller plus loin : 4 livres pour les enfants qui ont besoin d’être rassurés sur l’amour que leur portent leurs parents

livres amour inconditionnel parents

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *