Accueillir les peurs des enfants générées par confinement et le Covid-19

Accueillir les peurs des enfants générées par confinement et le Covid-19

Crédit illustration : freepik.com

En ces temps marqués par l’incertitude, les enfants peuvent être particulièrement touchés par le stress et la peur. En tant que parents, nous pouvons nous retrouver démunis pour accueillir leurs peurs car nous sommes nous-mêmes soumis à des émotions difficiles à vivre. Je vous propose quelques pistes pour écouter les peurs des enfants et y répondre avec bienveillance.

Les mots à éviter

En tant que parents, nous avons parfois tendance à nier, à minimiser, à chercher à apaiser, à réguler une émotion immédiatement, à faire cesser les peurs. Ces interventions peuvent calmer partiellement l’enfant mais permettre à l’enfant d’aller au bout de ses peurs dans un cadre bienveillant de sécurité affective est plus utile pour une bonne santé émotionnelle.

Les phrases du type “C’est pas grave”, “C’est pour tout le monde pareil”, “Mais ça va bientôt s’arrêter” ou encore “Il n’y a pas de raison d’avoir peur” sont des réponses obstacles. Ces n’accusent pas réception de ce que l’enfant vit, de ce qu’il traverse, de ses motivations internes, de ses souffrances ou peurs. Une connexion émotionnelle invite au contraire à se rapprocher avec empathie de ce que l’enfant/ ado vit vraiment et de le lui renvoyer pour créer un pont.

Les mots qui accueillent l’émotion

Accueillir les émotions, c’est commencer par dire OUI à soi et à l’enfant : OUI, c’est vrai que cela peut faire peur. Cet accueil émotionnel est valable pour les enfants comme pour les adultes.

Refléter les émotions de l’enfant peut passer par des phrases du type :

  • Je vois que ça te fait peur…
  • Tu y penses souvent, c’est ça ?
  • C’est vrai que cela peut faire peur de ne pas savoir combien de temps cela va durer.
  • C’est normal d’avoir peur dans cette situation. La peur est nécessaire face au danger. C’est la peur qui nous pousse à nous protéger, par exemple à bien penser à nous laver les mains ou à bien rester à l’intérieur.

Dans ce cas-là, l’enfant se sent pleinement compris, entendu et vit une vraie détente dans son coeur comme dans son corps.

Répondre aux peurs des enfants générées par confinement et le Covid-19

Proposer des outils d’expression émotionnelle face à la forte anxiété

Passer par l’expression créative permet l’expression de l’émotion de peur malgré le manque de mots des jeunes enfants. Les plus grands y trouveront également du réconfort. Voici quelques outils d’expression émotionnelle qui peuvent aider les enfants :

Les poupée tracas : Billy se bile et ses poupées tracas : un livre à mettre entre les mains de tous les enfants angoissés

Le dessin : Enfants anxieux : le dessin du trou sur la route à combler pour retrouver de la sécurité

Passer par les histoires et le jeu  : Défier les pensées anxieuses des enfants par l’empathie et le jeu

Bien choisir le moment pour dialoguer

Face à des enfants qui semblent anxieux, mieux vaut éviter le moment du coucher pour aborder le sujet des peurs. Les temps calmes de regroupement (repas et goûter par exemple) sont plus appropriés.

Par ailleurs, l’exposition des enfants aux informations peut générer de réelles angoisses chez les enfants. Mieux vaut éviter de laisser les enfants seuls devant les informations et, encore mieux, couper les médias en présence des enfants (même pour les tout petits qui ne parlent pas encore).