5 axes de cheminement des parents-chercheurs (approche Montessori)

parents chercheurs montessori

Dans son livre Montessori au coeur de la vie de famille, Odile Anot (spécialiste de la pensée de Maria Montessori et animatrice d’ateliers pour les parents) propose des axes de cheminement pour ce qu’elle appelle des “parents chercheurs”. Elle parle d’une “lente transformation personnelle” pour former une “intelligence parentale profonde et personnelle”.

1.Observer en vue d’aider

Odile Anot insiste sur le fait que les parents chercheurs ne veulent pas “retoucher” ou modeler leurs enfants à la manière d’un logiciel photo gommant toutes les imperfections.

La qualité de l’observation réside précisément dans cette capacité à résister à toute tentative d’emprise sur l’enfant par projection de ses sentiments propres, par comparaison ou attente personnelle.

Cette observation sans jugement a pour seul but d’aider l’enfant suite à quelque chose qui a éveillé l’attention de l’adulte chez l’enfant (ex : un geste violent posé par l’enfant, des mots inacceptables, un acte inattendu, des comportements inappropriés…).

Avant de se lancer dans une observation, il est utile de définir la motivation de ce temps d’observation (ex : comprendre ce qui se passe pour un enfant qui tape, qui “pleurniche”…).

Ces temps d’observation permet d’émettre des hypothèses sur les propres motivations et fonctions des comportements des enfants (ex : et si un enfant qui tombe souvent avait des problèmes de vue ?).

2.Aider les enfants à grandir avec ce qu’ils ressentent

Odile Anot écrit que les parents-chercheurs ne se satisfont pas d’impressions vagues parce qu’elles ne disent rien de ce que ressentent les enfants dans leur chair.

Pour Odile Anot, la démarche pour engager une relation de qualité (“un échange qui nous change”) peut se vivre en quatre actes :

  • analyser son ressenti
    • chacun prend en compte son ressenti personnel (lors d’un temps d’introspection pour mettre des mots sur ce qui se passe dans le corps, sur la ou les émotions ressenties ainsi que leur intensité, sur les pensées qui accompagnent les émotions)
  • partager tout ou partie de ce ressenti
    • parent et enfant partagent tout ou partie de ce ressenti personnel (ceci étant plus facile dans une relation de confiance construite patiemment)
  • être disposé à écouter vraiment l’autre
    • chacun décide d’écouter le ressenti de l’autre s’il a choisi de le partager
  • des conditions posant un cadre de sécurité permettent cet échange de cœur à cœur (les moqueries sont interdites, on s’assure que les deux sont OK pour vivre ce temps de connexion émotionnelle, on fixe un temps déterminer pour ne pas se lasser).

Si on laisse l’enfant éloigné de ce monde intérieur, on fait de lui progressivement un handicapé de la relation. – Odile Anot

3.Relier les comportements des enfants à leurs élans naturels

Odile Anot rappelle qu’un environnement inadapté est à l’origine des obstacles aux élans de vie de l’enfant. Elle nous invite ainsi à décoder les “caprices” des enfants en signaux d’appel pour attirer l’attention des adultes sur ce qui fait obstacle à leur élan de vie :

  • le non respect du rythme de l’enfant
  • l’infiltration de la propre volonté de l’adulte
  • le conditionnement à travers des systèmes qui minent la motivation intrinsèque (récompenses, punitions, humiliations, chantage…)
  • des objets et stimuli extérieurs qui entraînent la sur-expérimentation, la surconsommation et l’excitation factice
  • l’étude forcée

Quand l’environnement respecte les orientations et les besoins humains, il ne faut pas longtemps pour que cet enfant qu’on avait jugé sur son apparente violence, son instabilité, sa méchanceté, sa timidité, sa passivité, se remette du côté de la vie. – Odile Anot

4.Une autorité qui favorise l’auto discipline

On peut dire que l’enfant est entré dans l’autodiscipline quand il y a un commencement et une fin à ce qu’il entreprend, qu’il ne s’interrompt pas à tout instant dans ce qu’il engage et qu’il n’est pas perturbé par l’environnement : il obéit à lui-même. – Odile Anot

Odile Anot plaide pour une autorité qui conduit à la liberté.

Les parents chercheurs gardent l’esprit ouvert face à une crise de l’enfant à qui ils ont dit non. Ils iront chercher du côté de l’étape de croissance que l’enfant traverse, du côté des besoins fondamentaux de l’enfant et seront sensibles à ce que vit et ressent l’enfant. Les parents chercheurs demeurent cependant à l’aise avec leurs choix car ces derniers sont reliés à des aspirations profondes (plus qu’à des idéaux, des mythes ou des principes figés sur ce que devrait être un “bon” parent ou un “bon” fils/ une “bonne” fille). Il est en effet possible de rester empathiques, d’accueillir les émotions de frustration de l’enfant tout en disant non.

5.Avancer avec d’autres

Odile Anot insiste sur l’importance des ressources (personnes de l’entourage, groupes virtuels de soutien, livres, lieux refuge…) pour gagner en solidité personnelle en tant que parents chercheurs cheminant vers la non violence éducative.

L’adulte peut encore avoir besoin de trouver des êtres aimants et solides pour rattraper ce qui a manqué durant l’enfance et être mieux disposés à aimer sans retour à son tour. – Odile Anot

En effet, nos blessures du passé peuvent nous jouer des tours en tant que parents et s’immiscer dans nos relations avec nos enfants. Le travail sur soi pour être un parent conscient et bien traitant peut être long et difficile (d’autant plus long et difficile que l’enfance a été douloureuse).

Odile Anot ajoute deux éléments essentiels selon elle :

  • se fier aux intuitions et les suivre dans une attention à soi et à ses mouvements intérieurs,
  • plonger dans la diversité humaine en proposant un cercle de fréquentations élargi aux enfants.

 

 

En utilisant le concept de parents chercheurs, Odile Anot cherche à se rapprocher de ce que Maria Montessori nommait l’éducation moderne.

L’éducation moderne, qui observe l’enfant bien avant de se risquer à vouloir l’éduquer, doit finir par pénétrer au sein même de la famille, pour y créer, en plus d’un nouvel enfant, de nouveaux pères et de nouvelles mères. – Maria Montessori (L’enfant dans la famille)

…………………………………..
Source : Montessori au coeur de la vie de famille de Odile Anot (éditions Dunod). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Montessori au coeur de la vie de famille sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac