Comment se fait-il que, parmi les personnes maltraitées dans leur enfance, certaines brisent le cercle vicieux de la violence et pas d’autres (Alice Miller) ?

parmi les personnes maltraitées dans leur enfance, certaines brisent le cercle vicieux de la violence et pas d'autres

Alice Miller est une thérapeute spécialiste des conséquences des maltraitances reçues dans l’enfance. Sa thèse est que les mauvais traitements aussi bien physiques que psychologiques subi par les enfants peuvent produire des monstres à l’âge adulte. Cela est le cas si l’enfant n’a jamais connu de témoin qui lui aurait permis de comprendre la violence de ce qui lui arrivait et de savoir que d’autres manières d’être en relation existent. Ces témoins font preuve de sollicitude, confirment ce que ressent l’enfant (de l’abandon, de la colère envers son/ses parent(s) maltraitant(s), une immense tristesse, de la peur). C’est précisément la compréhension de ce ressenti qui permet à l’enfant de comprendre qu’il subit une immense injustice, hors de la normalité, et de rejeter la violence comme manière d’être en relation.

Pour combattre la cruauté, il faut au moins d’abord la percevoir. – Alice Miller

Alice Miller prend l’exemple d’Adolf Hitler : aucun témoin lucide et compensateur ne lui a permis de prendre contact avec la violence qui lui était infligée sous couvert d’une “bonne éducation”. Tous ses sentiments d’enfant maltraité devaient être refoulés et il n’avait pas le droit de douter de la valeur des actes de ses parents sous peine d’un redoublement de la violence (punition pour s’être montré insolent ou coups pour mater la rébellion). En reproduisant des extraits de biographie de Hitler et en s’appuyant sur des archives, Alice Miller parle de “l’étouffement des sentiments et la négation de tous les besoins de l’enfant, voire de toute émotion humaine”.

Alice Miller compare l’enfance d’Adolf Hitler avec celles d’autres enfants maltraités dans leur enfance mais qui ne sont pas devenus des tyrans à l’âge adulte. La principale différence réside dans cette absence de témoin lucide tout au long de la vie de Hitler qui a vécu dans un “désert émotionnel”. Ce dernier fut forcé de se croire lui-même coupable des souffrances infligées par ses parents dans le sens où il s’est cru mauvais par nature. Hitler a été forcé dès la prime enfance à réprimer en lui-même la tendresse, la vulnérabilité émotionnelle et la recherche d’affection.

Même si un enfant ne reçoit pas d’amour généreux, responsable, protecteur et sécurisant, la proximité physique, les caresses, l’affection peuvent faire naître en lui des sentiments – des sentiments comme la nostalgie, la douleur, la solitude, la révolte, la colère mais aussi la joie de la nature, le plaisir de son corps et du corps des autres, et surtout la joie de vivre. Certes, cette joie de vivre peut être troublée et compromise par l’exercice du pouvoir de l’adulte; mais, là encore, le climat émotionnel dans lequel ça se passe et l’attitude des autres personnes de référence font une différence. – Alice Miller

Selon Alice Miller, Staline comme Hitler n’ont connu que “la solitude, la menace permanente, la certitude de ne rien valoir aux yeux des autres, la culpabilité, et personne qui les protégeât des mauvais traitements et des persécutions permanentes, personne pour lui dire ou lui montrer qu’il n’était pas en faute”.

Ainsi, on comprend pourquoi Alice Miller a tant écrit pour dénoncer les violences éducatives (les fessées, claques et autre tirages d’oreille autant que la censure émotionnelle, les humiliations ou l’isolement) mais aussi pour rappeler le devoir pour nous tous d’être des témoins lucides pour les enfants que nous croisons (comme intervenir dans la rue auprès d’un parent qui donne une fessée à son enfant; fessée qui, rappelons-le, est interdite par la loi).

………………………………
Source : La Souffrance muette de l’enfant : L’expression du refoulement dans l’art et la politique de Alice Miller (éditions Aubier). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander La Souffrance muette de l’enfant sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac