Quand les enfants font traîner les choses, boudent, réalisent ce qu’on leur demande de manière bâclée ou exagérément lente ou prétextent avoir oublié

Quand les enfants font traîner les choses, boudent, réalisent ce qu'on leur demande de manière bâclée ou exagérément lente ou prétextent avoir oublié

Certains enfants qui ont une faible tolérance à toute forme d’autorité ou qui sont systématiquement soumis à des ordres non négociables sans possibilité de pouvoir personnel peuvent adopter des comportements de résistance face aux demandes de leurs parents. Ces comportements de résistance sont dits “passifs agressifs” quand les enfants n’expriment pas leur colère de manière franche et explosive mais sous forme de représailles. Ces représailles sont des manières détournées de montrer qu’ils ne se soumettront pas. Par exemple, ils vont faire traîner les choses, bouder, réaliser ce qu’on leur demande de manière bâclée ou exagérément lente, ou même ne pas les réaliser en prétextant avoir oublié. Leur leitmotiv pourrait être : “Si on ne me demande pas les choses gentiment, je m’arrange pour ne pas le faire et pour punir la personne qui est à l’origine de la demande.”

En tant que parents, il est inutile de faire semblant de ne pas remarquer ces comportements car ils sont en réalité des moyens de communication. Cela ne passera pas avec le temps si les besoins insatisfaits à l’origine de ces comportements passifs-agressifs ne sont pas pris en compte. Un comportement passif-agressif est toujours une manière de dire quelque chose et, si les parents font semblant de ne pas percevoir le message, l’enfant va être tenté de faire monter les enchères. De même, les discours moralisateurs, les punitions ou les reproches vont entraîner des ripostes. Dès que nous remarquons une attitude qui ressemble à de la mauvaise volonté ou à de la bouderie qui signalent des représailles cachées, mieux vaut réagir avec curiosité. Cette curiosité peut passer par des questions du type : « J’ai l’impression que tu es contrarié. Est-ce que je me trompe ? »/ « J’ai remarqué que… Est-ce que c’est pour me dire quelque chose ? Tu veux bien essayer de m’expliquer ?».

Cette attitude d’exploration permet d’éviter d’entrer dans un jeu de représailles réciproques entre parents et enfants. Le véritable enjeu de la situation est recherché et le parent est toujours responsable de cette exploration car il a plus d’expérience et de maturité émotionnelle.

En parallèle, il est possible d’introduire un peu plus de souplesse dans la vie de famille en permettant aux enfants de faire preuve de pouvoir personnel, de prendre des décisions sur les sujet qui les concernent, de se sentir considérés. Ainsi, ils n’auront pas besoin de se protéger contre une volonté qui leur est imposée brutalement. Les enfants coopèrent plus volontiers quand les demandes qui leur sont adressées sont aimables et respectueuses de leur dignité.