On exagère les risques des écrans sur les enfants

risque écran enfants

Corrélation n’est pas causalité

Olivier Houdé (professeur de psychologie à l’Université Paris Descartes) rappelle qu’il existe un effet de corrélation entre une surexposition aux écrans et des troubles du développement chez certains enfants mais qu’il ne s’agit pas d’une relation de cause à effet. Les scientifiques n’ont pas réussi à démontrer quelle variable est à l’origine de cette corrélation : si ces enfants sont surexposés aux écrans, c’est peut-être qu’ils ne trouvent pas d’adultes assez disponibles dans leur entourage ou qu’ils s’ennuient par ailleurs. Si c’est le cas, alors la variable est éducative ou à trouver dans l’absence d’occupations et n’a rien à voir avec les écrans en eux-mêmes. Par ailleurs, certains enfants peuvent avoir des troubles affectifs liés à des traumatismes et se réfugient dans les écrans. Là non plus, ce n’est pas l’écran qui  a causé les troubles à l’origine.

On est dans une période où on exagère par manque de raisonnement scientifique les effets négatifs des écrans. – Olivier Houdé

Oliver Houdé regrette que les effets négatifs des écrans soient amplifiés du fait d’une sur médiatisation des professionnels s’occupant d’enfants présentant des problèmes affectifs et/ou de troubles du développement : comme ces professionnels s’occupent d’enfants perturbés d’une manière ou d’une autre, il y a parmi ces derniers plus de problèmes de surexposition aux écrans que dans la population générale mais cette surexposition ne cause pas leurs troubles. C’est plutôt l’inverse !

Les écrans font partie du monde (au même titre que les livres) et sont des outils de notre culture

Toutes nos interactions et actions ont des effets sur notre cerveau puisque, par nature, le cerveau humain est plastique. Ainsi, lire un livre a une incidence sur le cerveau des enfants, de la même manière que les écrans ont une incidence sur le cerveau des enfants. Olivier Houdé fait remarquer que, à la Renaissance suite à l’invention de l’imprimerie qui a constitué une révolution technologique comparable à celle des écrans, certains adultes se méfiaient des livres parce qu’ils étaient considérés comme dangereux (idées potentiellement perverses, temps de lecture non consacrée à la pratique de travaux physiques, trop d’immobilisme si trop de temps passé à lire…).

Les écrans font partie du monde et même de notre culture, au même titre que les livres : quand un enfant voit une image dans un livre ou sur un écran, il est dans le “vrai” monde même s’il ne peut pas toucher l’objet représenté dans les deux cas.

Le problème intervient quand l’écran est le seul moyen pour un enfant d’appréhender le monde. Les jeux sur écrans peuvent présenter certains atouts (apprendre à catégoriser, comprendre le lien de cause à effet via des actions sur l’écran…) mais l’enfant a également besoin de passer par le mouvement et la manipulation en trois dimensions : tout est donc question de mesure et de proposition d’un environnement équilibré et riche en opprtunités.

Quels risques réels des écrans sur les enfants ?

Les effets négatifs des écrans existent…

Un temps trop important passé devant les écrans va priver l’enfant de temps passé à faire autre chose. Ce n’est pas l’écran en soi qui est problématique mais le fait qu’il risque de détourner les enfants des activités spontanées programmées pour son développement (motricité, langage, interactions humaines…).

Pour autant, Olivier Houdé reconnaît que les écrans peuvent créer une fatigue visuelle entraînant une myopie plus précoce à l’adolescence. De plus, la consultation tardive des écrans peut provoquer un manque de sommeil du fait d’un endormissement plus tardif. Or le sommeil est essentiel pour le bon développement du cerveau et pour des apprentissages efficaces.

Tout temps d’écran le soir va manger sur un temps positif qu’a le cerveau via le sommeil sur les apprentissages. – Olivier Houdé

… mais peuvent être contre-carrer par une éducation aux écrans…

Ainsi, les écrans ne sont pas en soit à bannir à tout prix mais à apprivoiser en faisant notamment prendre conscience aux enfants et adolescents du temps qu’ils passent sur les écrans. Olivier Houdé nous exhorte à ne pas diaboliser les écrans mais plutôt à apprendre à les utiliser intelligemment… et même quelques fois à les ranger !

C’est la grande chance de la génération qui vient de combiner l’intelligence littéraire, lente et analytique qui nous vient des livres depuis l’imprimerie (et avant les parchemins) et l’intelligence numérique, plus rapide, plus simultanée, moins profonde mais plus fluide. Si les jeunes d’aujourd’hui peuvent combiner les deux, ils auront une intelligence plus riche et différente de celle des générations précédentes. – Olivier Houdé

Un rapport sain aux écrans serait celui qui ne détériore pas les relations parents/ enfants, qui ne dégrade pas l’atmosphère familiale, qui permet à la fois aux jeunes d’exercer leur autonomie, de jouer avec les outils de leur culture et aux parents de satisfaire leurs besoins de contribuer à la bonne santé mentale et physique de leurs enfants.

Pour aller plus loin : Les écrans sont comme des desserts pour le cerveau.

… et une prise de conscience des habitudes des adultes, véritables modèles imités par les enfants dans leurs rapports aux écrans

Olivier Houdé rejoint les recommandations de Serge Tisseron quand ce dernier affirme que le lien des enfants aux écrans est d’abord celui de leurs parents aux écrans. La vraie question est celle du temps passé par les adultes entourant les enfants devant les écrans, au risque de la dégradation du lien et d’un modèle nocif à imiter ( les petits humains étant programmés pour l’imitation, si les parents passent beaucoup de temps le nez sur un écran, les enfants vont imiter ce modèle-là).

Dans son livre L’autorité bienveillante, Kim John Payne va jusqu’à regretter que des millions d’enfants reçoivent, des dizaines de fois par jour, le message suivant : l’écran est roi. Il parle d’un “vide relationnel” provoqué par les parents distraits par les écrans qui deviennent des voleurs de temps. C’est en ce sens que Serge Tisseron estime que la question la plus importante que tout parent devrait se poser est : “Combien de fois ai-je regardé mon enfant aujourd’hui ?“.

…………………………………..

Sources :

Vidéo Les troubles causés par l’exposition des enfants aux écrans par Olivier Houdé – Le Figaro

Conférence de Serge Tisseron au CRI sur l’enfant, la famille & les écrans (01/04/2019)