Les 5C de l’addiction

5 c addiction

Dans son livre Addictions, dites-leur adieu !, Laurent Karila propose le concept des 5C de l’addiction pour retenir les principales manifestations de l’addiction :

  • Contrôle (perte de contrôle)
  • Consommation (envie irrépressible de consommer)
  • Compulsion (activité compulsive)
  • Continu (usage continu)
  • Conséquences (usage continu malgré les conséquences négatives)

Laurent Karila, psychiatre addictologue, définit l’addiction comme une incapacité à se retenir de consommer. Le terme d’addiction sous-entend l’absence d’indépendance, de liberté. Selon le psychiatre, une addiction est une maladie touchant la récompense, la motivation, le contrôle, le plaisir et un large panel d’émotions. L’addiction est un déséquilibre permanent de l’échelle du plaisir (quand la personne qui souffre d’addiction se sent mal, cette dernière consomme sans réussir à rééquilibrer les choses).

Une conduite addictive peut toucher tout un panel de comportement : consommation de substances licites (tabac, alcool, antalgiques…) ou illicites (cannabis, cocaïne, opiacés…); jeux d’argent ou de hasard; activités sportives; smartphones ou jeux vidéo; ou encore activité sexuelle.

L’addiction est un processus pathologique récurrent, comprenant un phénomène de consommation répétée d’intensité variable, puis l’installation progressive de signes de manque et/ou d’accoutumance, d’une envie irrépressible de consommer (“craving” en anglais), d’une perte de contrôle, d’un déni et de la recherche de produit(s) et/ou de comportement(s) addictifs malgré les risques médicaux, psychologiques, psychiatriques et sociaux encourus et connus par la personne. – Laurent Karila

Les facteurs de risque dépendent de beaucoup de choses

L’addiction est une maladie complexe car de nombreux facteurs doivent être présents en partie pour qu’il y ait installation d’une conduite addictive. Les facteurs de risque dépendent de beaucoup de choses :

  • développement (les troubles du comportement précoce sont liés à l’installation d’un comportement addictif (anxiété, troubles du sommeil, troubles dépressifs…).,
  • neurobiologie,
  • cerveau,
  • génétique (Laurent Karila estime que les facteurs génétiques expliqueraient entre 40 et 70% des troubles addictifs -> traits de personnalité, hyperactivité par exemple),
  • environnement,
  • comportements
  • psychologie.

Les interactions gènes/ environnement participent de manière indissociable à l’expression de la vulnérabilité aux addictions. Ainsi, les facteurs environnementaux jouent un rôle crucial dans l’installation des conduites addictives :

  • stress environnemental,
  • disponibilité de la substance ou des moyens permettant l’installation de l’addiction (ex : existence de casino ou de sites pornographiques),
  • éducation (notamment la qualité du lien d’attachement qui impacte la capacité à gérer le stress et la création d’une mémoire traumatique en lien avec les violences éducatives subies),
  • présence ou absence et qualité de l’entourage (famille, amis).

L’image de l’addict-arbre pour expliquer l’addiction

Laurent Karila utilise l’image de l’addict-arbre pour expliquer l’addiction :

  • les branches de l’arbre correspondent à la partie visible du problème (ex : alcoolisme ou addiction aux jeux d’argent),
  • les racines symbolisent la personne (son développement, les facteurs de risque, les émotions, le tempérament, les troubles psychiatriques associés).

addiction

Ainsi, il est important de ne pas traiter seulement les symptômes (la consommation de substances et/ou de comportements) mais d’évaluer les racines. Il est également intéressant de comprendre que l’éducation (reçue et donnée) joue un rôle dans l’installation d’une addiction. En ce sens, il est intéressant de connaître la théorie de l’attachement pour comprendre en quoi les styles de l’attachement influencent les comportements humains. En parallèle, comprendre en quoi la mémoire traumatique est liée à la mise en place de conduites addictives permet en tant que personne de mieux lutter contre l’addiction. Cette mémoire traumatique peut être liée à des agressions sexuelles, des violences éducatives, des violences psychologiques ou émotionnelles à tout âge de la vie (pas seulement dans l’enfance).

……………………………………………………….

Source : Addictions, dites-leur adieu ! de Laurent Karila (éditions Mango). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Addictions, dites-leur adieu ! sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac