La volonté d’être un parent bien-traitant va rencontrer de nombreux obstacles : les identifier et les travailler

obstacles bientraitance éducative

Dans son livre Abécédaire bien-traitant : Pour parents et professionnels, Arnaud Deroo, thérapeute et consultant en éducation, rappelle qu’être bien-traitant n’est ni un luxe ni un truc de bobo, mais que c’est un droit humain pour les enfants et un besoin fondamental pour le monde. Un enfant élevée dans une famille bien-traitante va vivre dans son corps ce qu’est l’empathie, l’amour, le sens de la responsabilité et la coopération, et il va pouvoir offrir ces ressources au monde.

Être un parent bien-traitant ne va pas de soi et est plus difficile que simplement le vouloir. Des états émotionnels inconfortables vont fatalement émerger au quotidien (aux moments du bain, du coucher, du brossage de dents, des devoirs parmi les plus courants). Nos tensions parentales sont souvent amplifiées par des héritages du passé et par la peur d’être un parent incompétent. La bientraitance éducative passe souvent pour du laxisme et est accusée d’être la cause de tous les maux de la société… alors même que peu de parents sont dans une démarche bien-traitante si on en croit ce sondage de 2007 qui annonce que 87% des parents français utiliser la fessée comme méthode éducative (rappelons que la loi française exige que l’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques).

Presque tous les parents d’aujourd’hui ont été élevés dans la peur, à travers une éducation basée sur les punitions, les menaces de privation ou d’isolement, les coups parfois et la répression émotionnelle. L’adulte devait gagner au détriment des enfants dont les émotions étaient rarement comprises, ne serait-ce qu’entendues. Certains adultes ont encore peur de leurs parents et tentent de se dégager de leur emprise, tout en cherchant à se défaire de ce culte de l’obéissance avec leurs propres enfants.

Les parents doivent abandonner ce type de relation basée sur le pouvoir tout en gardant une autorité bien-traitante. Une telle relation, une telle autorité se construit dans un lien de confiance et authenticité, l’idée n’est pas d’être parfait mais authentique en développant votre responsabilité personnelle, votre empathie, votre envie de vous remettre en question, votre joie, vos connaissances. Remerciez vos enfants de vous faire travailler. – Arnaud Deroo

Être un parent bien-traitant ne s’acquiert pas seulement dans les livres qui peuvent certes aider, donner des clés de compréhension et des repères utiles mais la bien-traitance ne se vit que dans la relation éprouvée au quotidien dans le corps.

Éprouver dans votre corps vous demande de prendre soin de vous, d’apprendre, de ré-apprendre à vous aimer vraiment, vraiment, vraiment, en interrogeant et en soignant votre pré-histoire, celle que vous avez vécue avec vos propres parents.Prendre le chemin d’une parentalité bien-traitante demande de guérir de vos souffrances, violences éducatives du passé, car elles peuvent justement se réveiller dans les situations stressantes que vous allez vivre avec vos enfants. – Arnaud Deroo

Par ailleurs, la volonté d’être un parent bien-traitant peut trouver d’autres obstacles, notamment dans la socio-culture dans laquelle nous vivons. Si les parents et les enfants vont mal, ce n’est pas l’entière responsabilité des parents. D’un côté, l’organisation sociale (professionnelle, scolaire) classique ne prend pas en compte le fonctionnement psychique et les besoins des enfants car tout va vite au détriment des liens familiaux en quantité autant qu’en qualité. De l’autre côté, la compétition est omniprésente, que ce soit dans les émission de télé, dans les notes et classements à l’école ou encore dans les activités sportives.

Les enfants nous rappellent régulièrement dans leurs comportements que ce projet de société n’est pas bon pour eux; comportements qui ensuite posent souci et entraînent encore davantage de stress chez le parent et stimulent des attitudes non adéquates, empreintes de sa pré-histoire. – Arnaud Deroo

Il peut être intéressant de réfléchir à l’organisation familiale avant d’accuser les enfants d’être infernaux ou les parents d’être démissionnaires. Certaines familles vont peut-être simplement dîner plus tôt (à 18h30 par exemple); d’autres vont ritualiser un temps de jeux exclusif juste après l’école; d’autres encore vont aménager leurs horaires de travail, changer de travail, voire passer en Instruction en Famille.

Dans tous les cas, nous relier à l’amour que nous éprouvons pour nos enfants et pour nous-même peut aider à être un parent bien-traitant.

………………………………
Source : Abécédaire bien-traitant : Pour parents et professionnels de Arnaud Deroo (éditions Chronique Sociale). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Abécédaire bien-traitant : Pour parents et professionnels sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac