Santé mentale : 3 ingrédients utiles pour traverser la crise sanitaire

santé mentale traverser la crise sanitaire.png

Dans leur livre Petit guide de survie psychologique en temps de crise sanitaire, Ariane Calvo et Isabelle Benassouli nous rappellent l’importance des liens interpersonnels de qualité pour la bonne santé mentale des humains. Les deux psychologues estiment qu’en cette période de crise marquée par les restrictions et l’incertitude, nous avons plus que jamais besoin de nous relier les uns aux autres dans des communautés d’affinités et de projets.

Si l’on se décide à nous faire entrer de force dans une société du « sans contact » généralisé, ne vous étonnez pas de ressentir un appauvrissement intérieur. – Ariane Calvo et Isabelle Benassouli

Selon Calvi et Benassouli, les ingrédients indispensables pour traverser cette crise avec le moins de dommages possibles sur notre santé mentale sont :

  1. la vie de l’esprit (activités mettant en jeu la créativité, la réflexion, le travail sur soi et la connaissance de soi, la connexion avec nos valeurs fondamentales),
  2. les nourritures affectives (les liens que nous entretenons avec les autres, le contact, la communication verbale et non verbale, le toucher),
  3. les projets collectifs (contribuer et s’engager pour nourrir les besoins d’utilité et d’appartenance, pour vivre nos valeurs et aspirations profondes qui fabriquent le goût même de vivre).

Vivre, c’est se sentir pleinement présents et puissants à orienter notre existence en lien avec nos valeurs fondamentales. Vivre, c’est aussi percevoir les connexions horizontales avec nos pairs humains, et vibrer de toutes les potentielles créations collectives. – Ariane Calvo et Isabelle Benassouli

1.La vie de l’esprit 

Ariane Calvo et Isabelle Benassouli écrivent que s’aimer soi-même, c’est se connaître assez bien pour être convaincu d’avoir les ressources tant internes qu’externes pour traverser les événements de la vie. Cela ne signifie pas être fort ou sûr de soi mais être capable d’accepter la vulnérabilité et les larmes, le besoin de soutien, la nécessité de se confier comme des manifestations de la vie plutôt que comme des manifestations de faiblesse. S’aimer, c’est aussi s’entraîner à reconnaître nos déclencheurs émotionnels et à ne pas fuir notre malaise, nos peurs, notre tristesse, notre colère. La colère est d’ailleurs souvent une sorte de garde du corps d’émotions douloureuses, comme une “seconde émotion” qui cache la peur et/ou la tristesse.

Quand nous serrons les dents, quand nous éructons et accusons, quand nous remplissons notre vie pour éviter de pleurer ou de nous retrouver seuls dans le silence, nous nions la vulnérabilité, nous oublions de voir tous les bienfaits à retirer d’une expérience vécue même si le résultat ne s’avère pas ce que nous avions anticipé. Nous apprenons autant, si ce n’est plus, de notre vulnérabilité  que de nos forces, car la vulnérabilité nous pousse à nous réapproprier notre être et à préserver notre sensibilité. Être vulnérable, c’est embrasser ce que nous avons été, ce que nous sommes et ce que nous serons.

La vulnérabilité est ainsi un appel au lien, au soutien. C’est ce qui succède au vide, quand le silence est rompu, quand nous nous révélons dans nos fragilités, dans nos inaptitudes, dans notre douceur, dans notre sensibilité, dans notre fragilité. – Ariane Calvo et Isabelle Benassouli

S’occuper de la vie de l’esprit, c’est aussi accueillir toute la palette des émotions humaines : savourer, célébrer, honorer les moments agréables et vivre les moments désagréables en sachant que chaque émotion a une fonction. Quand nous éprouvons une émotion difficile, que nous préférerions ne pas éprouver et faire taire, nous pouvons nous demander : “WTF ?“, pour “What’s The Fonction ?“. Quel message m’adresse cette émotion ? Quelle est sa fonction ? A quoi puis-je utiliser l’énergie de cette émotion ? Qu’est-ce que je peux construire, transformer ? Quand les événements difficiles nous révèlent notre vulnérabilité, nous pouvons en tirer profit par l’apprentissage de nouvelles compétences (ressources internes) et par le soutien d’autres personnes, qu’elles soient proches, professionnelles ou membres d’un réseau de soutien virtuel (ressources externes).

Sitôt que nous sommes en contact avec notre vulnérabilité, nous sommes en réalité en lien avec ce qui fait de nous des humains, c’est le dégel après le vide glacé. Nous sommes littéralement liquides quand nous l’accueillons, et c’est une permission à laisser couler cette vie en nous. – Ariane Calvo et Isabelle Benassouli

2.Les nourritures affectives

Les humains sont fondamentalement dépendants des autres. Souvent, nous avons plus besoin de soins communautaires, collectifs que de prendre soin de nous-même, isolément. Ariane Calvo et Isabelle Benassouli estiment qu’il est vital que nous soyons les uns des autres le relais de cette vulnérabilité, dans une réception et une écoute de ce qui fait l’humanité de chacun.

D’un point de vue psychologique, il est capital de maintenir les liens, les connexions entre nous et de faire de nos vulnérabilités une force : parce que l’on peut exprimer sa peine, on est déjà en contact avec son âme. On vibre, on pleure, on permet donc à nouveau à la vie de circuler en soi et l’on reprend les rênes de sa créativité. Finalement, sans nous en apercevoir, nous nous connectons à l’essentiel du vivant : l’amour, le lien, le soutien. – Ariane Calvo et Isabelle Benassouli

S’engager dans un travail de l’esprit et une introspection sans soutien, sans lien chaleureux et contenant peut être difficile, et même impossible pour certaines personnes. Pour les deux autrices, des humains en manque de lien sont comme des astronautes qui flottent dans l’espace infini.

Le lien nous circonscrit, nous offre un territoire pour évoluer, apprendre, se développer de façon harmonieuse et cohérente. – Ariane Calvo et Isabelle Benassouli

Il est question ici d’amour, dans son sens le plus large. Les humains sont des êtres de coeur et de chair, de lien et de souffle.

3.Les projets collectifs 

Nous pouvons utiliser l’énergie de nos émotions et la connaissance de nos valeurs fondamentales pour nous engager dans des actions et des projets qui nous permettent de nous sentir alignés, de goûter la simple joie d’être vivant à travers la contribution à quelque chose qui est important pour nous.

Notre sensibilité et nos aspirations sont des guides pour jouer la musique de la vie, pour danser les émotions et produire de la joie, individuelle et collective.  S’engager dans un project collectif, c’est aussi remettre du politique dans nos vies, ne pas désinvestir la vie collective, fabriquer du lien qu’on estime équitable pour permettre au plus grand nombre de combler ses besoins essentiels, de connaître la joie d’être en vie.

 

Une exercice pour embrasser notre être (passé, présent et futur) : nos petits héros

Ariane Calvo et Isabelle Benassouli proposent un petit exercice pour se réapproprier pleinement son être à part entière à travers plusieurs questions d’introspection :

– Qu’ai-je eu à surmonter et à appréhender en tant qu’enfant, adolescent, jeune adulte, adulte ?

– Quels ont été les événements marquants de mon existence ?

– Qu’ai-je mis en œuvre pour affronter et traverser ces événements ?

– Quels sont les enseignements que j’ai retirés ?

– Qu’aurais-je envie de partager avec les gens qui me sont chers ?

Les deux psychologues nous invitent à tracer une ligne du temps et à y déposer nos trajectoires, apprentissages, expérimentations, épreuves initiatiques puis à remercier nos “nous”, nos “parts” qui ont contribué à ce cheminement. Nous pouvons coller des photos de nous à ces différentes étapes de la vie, et nous adresser à elles avec gratitude car elles ont contribué du mieux qu’elles pouvaient et avec les moyens dont elles disposaient à l’instant T.

Cet hommage à tous ces petits héros que vous abritez sera un socle puissant et solide pour goûter le présent et mijoter l’avenir. – Ariane Calvo et Isabelle Benassouli

…………………..

Source : Petit guide de survie psychologique en temps de crise sanitaire de Ariane Calvo et Isabelle Benassouli (éditions First). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Petit guide de survie psychologique en temps de crise sanitaire sur Amazon, sur Decitre ou sur Cultura