Mon cheminement vers une éducation bienveillante

Mon cheminement vers une éducation bienveillante 

Cheminer vers une éducation bienveillante sans fessée ni punition est exigeant, dérangeant, même bousculant. Cela nécessite de se pencher sur soi-même et son histoire personnelle, de remettre sa propre éducation et ses propres parents en question mais surtout cela nécessite d’accepter d’apprendre.

J’ai moi-même puni, j’ai envoyé au coin, j’ai crié, j’ai fait du chantage avec ma fille. Mais je me rendais bien compte que tout cela était inefficace et que ce n’était pas cohérent avec ma manière d’aimer ma fille. Je me suis alors renseignée, j’ai lu (beaucoup), j’ai avancé (pas à pas), j’ai fêté mes victoires (petites et grandes), j’ai même ouvert ce blog pour ancrer mes expériences et mes lectures.

Parfois, il y a des rechutes dont je témoigne (voir à ce sujet mon article sur Ces nuits où j’ai craqué avec ma fille); une fois, je me suis même vue fesser ma fille mais je ne suis jamais passée à l’acte. Quand Ginott écrit « Tous les sentiments sont acceptables, tous les comportements ne le sont pas », c’est valable aussi bien pour les parents que pour les enfants.

Tout cela pour dire que je me suis « outillée », que j’ai (ré)appris à éduquer (d’où le nom du blog).

Voici les 9 choses essentielles que j’ai apprises depuis que je me suis inscrite dans ce chemin :

1. La théorie de l’attachement

citation attachement enfant

Tout au long de la vie, la satisfaction du besoin d’attachement (= de lien) reste la condition d’une vie émotionnelle et relationnelle plus épanouie. Si le besoin d’attachement n’est pas comblé (rejet ou ignorance de l’enfant par ses parents notamment) ou comblé de manière irrégulière, voire imprévisible (un parent alterne entre attitude ouverte et bienveillante puis menaçante ou maltraitante), l’attachement n’est pas « sécure ». Avec le temps, cet attachement insécure se transforme en méfiance dans toute situation ou rencontre nouvelle.

L’attachement de l’enfant à ses parents est un besoin vital.

 

2. Les besoins des enfants

Jacques Salomé estime que les enfants ont 8 besoins :

1. Besoin de survie

2. Besoin de sécurité

3. Besoin de socialisation

4. Besoin de reconnaissance

5. Besoin de différenciation

6. Besoin d’évolution

7. Besoin d’individuation

8. Besoin de réunification

Les deux plus importants seraient le besoin d’appartenir (faire partie d’un groupe) et le besoin de se sentir utile (savoir que la contribution personnelle compte).

Je vous invite à consulter cet article pour approfondir : Les 8 besoins des enfants.

La Communication Non Violent nous renseigne également sur les besoins humains fondamentaux, valable aussi bien pour les adultes (utiles pour comprendre nos réactions en tant que parents) que pour les enfants.

 

 

besoins cnv

Vocabulaire des besoins

3. Les stades de développement inévitables et normaux de l’enfant

Isabelle Filliozat en parle très bien dans 2 de ses livres :

– « J’ai tout essayé » pour les enfants de 1 à 5 ans

de 12 à 18 mois : la période du non des parents,

de 18 à 24 mois : la période du non des enfants (je vous propose de lire cet article pour comprendre les enjeux du NON à cet âge : J’ai 2 ans et je te dis « Non » parce que c’est bon pour ma santé !),

de 24 à 30 mois : de l’ordre, dans l’ordre, pas d’ordres,

de 2 ans et demi à 3 ans : moi, moi, je veux toute seule,

à 3 ans : ensemble,

de 3 ans et demi à 4 ans : naissance de l’imaginaire, merveilles et cauchemars,

à 4 ans : pouvoir, règles et image de soi,

de 4 ans et demi à 5 ans : conscience de soi, difficultés de socialisation.

étapes développement enfant 1 à 5 ans

– « Il me cherche » pour les enfants de 6 à 11 ans

étapes développement enfant 6 à 11 ans

 

4. Le fonctionnement du cerveau

J’ai lu Pour une enfance heureuse du Dr Gueguen qui explique que le cerveau des enfants et des adolescents est vulnérable. Toute forme de maltraitance, de violence même apparemment anodine, perturbera le bon fonctionnement du cerveau et de la vie émotionnelle. La méconnaissance des particularités du cerveau de l’enfant (grande fragilité émotionnelle dûe  à l’immaturité et à la vulnérabilité de son cerveau) conduit à des réactions inappropriées de l’adulte.

Je vous propose de visionner cette vidéo du cerveau dans la main pour comprendre ce qui se passe dans le cerveau quand nous sommes en colère (article complémentaire à consulter ici sur le cerveau de l’enfant) :

5. Les raisons qui favorisent les comportements inappropriés des enfants

Voici 6 raisons qui pourraient expliquer pourquoi les enfants adoptent des comportements que nous estimons inappropriés pour la vie en commun.

1. L’immaturité neurologique

2. Le stress quotidien

3. La non satisfaction des besoins de l’enfant tels qu’énoncés plus haut

4. Le manque d’information fournie par le parent à l’enfant et le manque de préparation

5. Une ambiance/ un cadre/ un environnement inadapté

6. L’inadéquation entre le développement de l’enfant et la demande qui lui est faite (manque de compétences)

Pour aller plus en détails dans ces raisons, je vous invite à lire cet article : 5 raisons qui peuvent expliquer les comportements inappropriés des enfants.

 

6. Les émotions qui peuvent en cacher d’autres

Isabelle Filliozat explique bien la notion de distorsion : un enfant qui pleure pour un vêtement trop serré éprouve peut-être de la colère pour un tout autre motif, un enfant terrifié par un chien qu’il connaît pourtant a sûrement peur d’une autre chose plus importante qu’il n’ose pas révéler.

Dans ce cas, nous parents avons tendance à sur réagir : soit en nous énervant parce que nous sommes exaspérés, soit en entrant dans des jeux de pouvoir avec l’enfant, ou encore en nous lançant dans des justifications et explications sans fin. Pourtant, Isabelle Filliozat écrit que

« Votre énervement vous indique que l’émotion montrée en cache une autre. Il y a une autre blessure, un autre problème, un autre manque probablement plus crucial à écouter. »

Gisèle George appuie cette constatation dans son livre J’en ai marre de crier :

« Si un comportement persiste malgré vos multiples hurlements, punitions et explications, c’est que vous n’avez pas trouvé ce que le jeune cherche à obtenir et dont le bénéfice est souvent plus fort à ses yeux que toutes vos réprimandes. »

Pour savoir comment décoder une émotion, cet article vous donnera des pistes : Quand une émotion en cache une autre : comment les décoder ?

 

7. Des nouvelles manières de communiquer

J’essaye autant que possible de communiquer en adoptant ces pratiques :

Communication Non Violente par Marshall Rosenberg

 

  • l’écoute active

Quand les enfants sont en colère ou malheureux, ils veulent être compris, soutenus et recevoir des preuves d’amour. La technique des sentiments réfléchis de Dr Carl Rogers (reprise et développée par Thomas Gordon sous le nom d’écoute active) permet de montrer à l’enfant que nous comprenons réellement ce qu’il/elle ressent en traduisant ses sentiments par nos propres paroles et en les lui réfléchissant comme un miroir.

Plutôt que de chercher à minimiser les causes de sa tristesse (« C’est pas grave que ton gâteau soit cassé ! »), à lui donner des conseils tout faits (« T’as qu’à faire ci/ça! »), à le détourner de ses mauvais sentiments (« Mais si, tu aimes ta sœur ! »), à jouer les arbitres dans les conflits (« Il t’a tapé ? Bien fait, c’est toi qui as commencé ! »), à questionner sur les causes (« Pourquoi tu as fait ça ? ») ou encore à juger l’enfant (« Que tu es pénible « ), les sentiments réfléchis permettent non seulement de démontrer à l’enfant que nous comprenons (ou en tout cas tentons de comprendre) ce qu’il ressent mais c’est aussi lui laisser une opportunité de trouver une solution à ses problèmes.

Voici une liste de mots proposée par Isabelle Filliozat :

C’est dur pour toi de…

C’est difficile quand…

Je vois que…/ J’imagine que… / J’ai l’impression que…

Je comprends que tu dois souffrir de…

Tu te sens triste à l’idée de…

Tu as envie de… (te venger, ne plus jamais le voir, lui téléphoner)

Tu n’aimes pas quand…

  • le message Je

Le message Je consiste à dire simplement à un enfant le sentiment que provoque chez nous un comportement inacceptable. Les phrases commencent alors par Je :

Je ne peux pas me reposer quand quelqu’un me monte sur les genoux.

J’ai peur que le repas ne soit pas prêt à temps. 

Je suis bouleversé(e)/ déçu(e)/ fatigué(e)/ inquiet(e)/ préoccupé(e)…

L’enfant reçoit alors un renseignement sur l’état du parent et non pas une accusation (« tu es pénible de me monter sur les genoux », « c’est ta faute si le repas n’est pas prêt »).

 

  • l’évitement des négations 

Le cerveau de l’enfant ne traite pas bien la négation : il ne peut pas à la fois construire l’image mentale et la nier. Quand nous interdisons quelque chose à l’enfant, c’est comme si nous lui donnions une consigne. Dans « Ne mange pas ton bonbon », l’enfant retiendra les mots « manger » et « bonbon ». Idem pour « Ne cours pas » ou « Ne traverse pas la rue ». Il vaut mieux les remplacer par « Marche » et « Reste de ce côté de la rue ».

On simplifiera la vie de toute la famille en indiquant ce que l’enfant peut faire, plutôt que ce qu’il ne peut pas faire.

 

8. Le nécessaire travail sur soi en tant qu’adulte

Etre un parent non violent requière un véritable travail sur soi, qui peut aller jusqu’à l’analyse thérapeutique. Sans aller jusque là, il est possible d’apprendre en tant qu’adultes à :

– gérer ses colères (par exemple : Accueillir et reconnaître notre colère sans y céder)

– décrypter ses émotions et ses sentiments (ici à propos des sentiments dissimulés derrière la colère parentale : La colère dans la relation parents-enfants)

– apprendre à reconnaître ses besoins (par exemple : Quels sont nos besoins fondamentaux ?)

– tuer ses croyances négatives et notamment celle que les enfants sont des manipulateurs nés et des tyrans (par exemple : Décoder les peurs et les croyances qui parasitent nos relations avec nos enfants)

lâcher prise (j’en ai témoigné dans cet article : Ces petites choses sur lesquelles j’ai (réussi à) lâcher prise )

– être positif soi-même (par exemple : Entraînez votre cerveau à rester positif en 3 étapes)

– prendre confiance en soi (par exemple : 7 phrases à se répéter pour retrouver confiance en soi)

– être bienveillant envers soi-même (une vidéo à ce sujet :  Etre bienveillant avec soi avant de pouvoir être bienveillant avec ses enfants)

-accepter sa vulnérabilité (un article pour comprendre : Le pouvoir de la vulnérabilité : osons être imparfaits et le montrer)

Je partage régulièrement des articles du site anti-deprime.com sur ma page Facebook. Il s’agit d’une grande source d’outils et de conseils pour être heureux, optimistes et positifs. Je vous encourage à le visiter si vous souhaitez vous inscrire dans cette démarche.

– Et n’oublions pas non plus de nous offrir des moments à nous : nous ne sommes pas que des mères ou des pères !

9. La préparation de l’environnement familial

Donna Bryant Goertz (éducatrice Montessori) donne 11 conseils pour favoriser l’épanouissement des enfants en réorganisant le quotidien.

1. Préparer chaque pièce de la maison de manière à permettre à l’enfant de participer pleinement à la vie familiale

2. Demander une participation à la vie de famille adaptée à l’âge de l’enfant

3. Impliquer l’enfant dans les sorties familiales qui se rapportent à la vie courante

4. Organiser la vie de famille en tenant compte de l’âge de l’enfant et de sa personnalité

5. Rester réceptif aux sentiments de l’enfant et l’encourager à exprimer ses émotions avec respect

6. Expliquer minutieusement ce qui se passe dans la famille en des termes adaptés à l’âge de l’enfant et en tenant compte de sa compréhension et de sa curiosité.

7. Adapter les périodes d’activités aux besoins fondamentaux de nutrition, sommeil, exercice, concentration, solitude et compagnie spécifiques au tempérament de l’enfant (sommeil, nutrition, exercice physique)

8. Aider l’enfant à mettre de l’ordre dans sa chambre et à ranger ses affaires

9. Considérer le comportement de l’enfant comme étant en « évolution », jamais comme bon ou mauvais

10. Alterner la fermeté avec une bonne mesure d’espoir, de bonne humeur et de joie

11. Fournir à l’enfant du matériel créatif et introduire l’enfant à l’art, à la culture, aux langues, aux sciences et à l’histoire.

 

 

Toutes ces nouvelles connaissances prennent du temps à lire, à comprendre, à digérer, à mettre en pratique mais c’est le projet de toute une vie. Et cela vaut vraiment le coup de prendre cette peine :-).

 

Ressources et accompagnement des parents

Par ailleurs, les parents démunis ne sont jamais seuls. Il existe de nombreuses ressources sur Internet ou dans la « vraie vie » qui proposent des outils éducatifs positifs et un accompagnement bienveillant.

 Blogs et sites sur l’éducation

Tous les sites mentionnés ci dessous sont accessibles gratuitement et proposent des solutions, des conseils, des outils pour progresser vers une éducation non violente. Ce sont des sites que je consulte moi-même et qui m’inspirent au quotidien :

Papa positive

Ensemble naturellement

ScommC

S’éveiller et s’épanouir de manière raisonnée

Baby Baboo

Projet Famille en Harmonie

Explorer ensemble

Naître et grandir

Le blog de Catherine Dumonteil-Kremer

Groupes privés de partages d’expérience et d’échanges entre parents

Vous pourrez à la fois comprendre les effets nocifs de la violence éducative ordinaire, lire des témoignages de parents et demander de l’aide sur ces groupes privés Facebook :

Partages positifs autour de la parentalité positive et ludique

 

Livres d’éducation ancrés dans la bienveillance

J’ai cité ceux d’Isabelle Filliozat :
j'ai tout essayé poche

J’ai tout essayé (pour les enfants de 1 à  5 ans)

il me cherche filliozat

Il me cherche (pour les enfants de 6 à 11 ans)

 

 

J’ai beaucoup apprécié ces autres ouvrages également (je renvoie vers les liens Amazon pour que vous puissiez consulter les résumés et les avis clients) :

 Faber et Mazlish – Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent

Thomas Gordon – Parents efficaces

Jane Nelsen – La discipline positive

Haim Ginott – Entre parent et enfant

Maria Montessori – L’enfant

Catherine Gueguen – Pour une enfance heureuse

 

 

 

Ateliers de communication parents/ enfants

Je reprends ici la liste proposée sur le blog Ensemble-naturellement :

Les ateliers Vivre et Grandir Ensemble de Catherine Dumonteil Kremer – ici
Les ateliers Faber & Mazlish – ici
Les ateiers du réseau d’animateurs en communication bienveillante – ici
Les ateliers Gordon – ici
Les ateliers de la Discipline Positive – ici
Les ateliers Filliozat – ici

 

Se faire aider individuellement

Le burn out maternel (ou épuisement maternel) est une perte du sens de sa parentalité. Elle peut mener à des pratiques éducatives violentes par grande fatigue, par détresse extrême. Là encore, il est possible de demander de l’aide.

J’en parle plus en détail dans cet article : Un témoignage de burn out maternel en vidéo

Il est également possible d’entamer un travail de thérapie pour comprendre d’où vient la violence tapie en nous et qui nous empêche de cheminer vers une éducation bienveillante non violente.

Il s’avère bien souvent que les comportements des enfants qui provoquent tensions et accès de violence chez les parents correspondent à des comportements qui provoquaient corrections et menaces à l’époque de l’enfance du parent. Le comprendre, c’est pouvoir mettre fin à ce cycle, c’est mettre fin à une sorte de « vengeance inconsciente ».

 

Bien s’entourer

Marshall Rosenberg écrit :

Nous ne pouvons réellement offrir avec amour que dans la mesure où nous recevons nous-mêmes de l’amour et de la compréhension. C’est pourquoi je vous recommande vivement de réfléchir à la manière dont vous pourriez créer, parmi vos amis et autres connaissances, un groupe de soutien qui vous apportera la compréhension dont vous avez besoin pour offrir à vos enfants une présence enrichissante pour eux comme pour vous. 

Les apprentissages et l’éducation prennent du temps

Jane Nelsen nous incite à avoir confiance en la capacité des enfants à résoudre eux-mêmes leurs problèmes. Cette capacité s’apprend avec le temps : à nous parents, enseignants, éducateurs de laisser du temps aux enfants.

Eduquer est un processus qui s'inscrit dans le temps, prenons-nous toujours le temps des apprentissages

 

La situation se dégradera avant de s’améliorer puisque les enfants testent un jour ou l’autre le système mis en place. Il est difficile mais nécessaire de rester ferme et bienveillant pendant cette période de test.

Vous pourriez aussi aimer...

19 Réponses

  1. Marjolaine dit :

    Merci pour ce précieux et formidable travail de compilation ! Il m semble que vous présentez ici la plupart des pistes existantes, avec les liens vers d’autres articles ou sites web. Une vraie mine d’or à venir consulter et reconsulter de temps en temps ! Merci encore !

  2. GirlRider dit :

    Quel bonheur de pourvoir lire tout ça ! Chaque jour je m’en inspire pour harmoniser nos relations familiales
    Merci merci merci

    • Caroline dit :

      Bonsoir,

      merci pour votre message :-) Les retours des lecteurs et des lectrices sont mes meilleurs encouragements !

      Bonne soirée
      Caroline

  3. Clau dit :

    Encore une belle compil… Je me dis que cela pourrait faire un point de départ pour un certain article, qu’en penses-tu? C’est assez ouvert pour sensibiliser et accompagner sur la révolution intérieure???

  4. Sarah dit :

    Super résumé, avec tous les liens pour avoir plus de détails! Merci.
    En tout cas j adore votre travail en général, je vous suis sur Facebook, et chaque jour minimum une lecture!! C est tellement inspirant!

    • Caroline dit :

      Bonjour

      merci pour votre message de soutien :-). Les retours des lecteurs et des lectrices sont des petits bonheurs quotidiens !

      Bonne journée
      Caroline

  5. Elodie Wiart dit :

    Bonjour,

    Merci pour la proposition de lecture de l’article « J’ai 2 ans, et je te dis non parce que c’est bon pour ma santé » :)
    Je trouve cet « article » très intéressant et synthétique, idéal pour avoir une vue d’ensemble d’outils et d’informations nécessaires à l’accompagnement relationnel et émotionnel des enfants !

    A bientôt,
    Elodie

    • Caroline dit :

      Bonsoir,

      merci beaucoup pour votre message. J’apprécie beaucoup votre blog qui m’a beaucoup inspirée au début de mon cheminement (et que je continue à consulter régulièrement).

      Bonne soirée
      Caroline

  6. Dominique dit :

    Merci pour cette riche compilation!
    Je suis enseignante et je prévois partager plusieurs ( énormément… Voire tous) de vos articles avec les parents de mes petits mousses.

    Je voulais ajouter dans votre compilation de livres:
    -Aletha Solter « Cris et pleurs des enfants et des bébés » qui explique la fonction réparatrice des pleurs et des colères, et comment les accompagner adéquatement.

    -Margaret Sunderland « La science au service des parents » ( titre de l’édition française québécoise) qui explique merveilleusement le développement du cerveau du nourrisson à l’adolescent, en débutant par notre évolution comme mammifère primate et nos réponses au stress pour assurer la survie. De belles explications pour se réconcilier avec le co-dodo, le portage, et comprendre les bienfaits d’une communication bienveillante.

    Merci pour cette fantastique banque de ressources!
    Dominique

    • Caroline dit :

      Bonjour

      merci pour votre message et ces compléments de ressources. Je les connais de nom mais ne les ai pas lus. Je parle d’ailleurs d’Aletha Solter dans cet article : http://apprendreaeduquer.fr/la-parentalite-consciente-selon-aletha-solter/
      Quant au livre de Margaret Sunderland, je pensais que le livre « Pour une enfance heureuse » de Catherine Gueguen était plus actuel et sûrement mis à jour avec les dernières connaissances neuroscientifiques par rapport à « La science au service des parents ». Mais j’essaierai de le trouver à la bibliothèque par curiosité :-)

      Bonne journée
      Caroline

  7. Dubarry Julie dit :

    je souhaite m’inscrire à la newsletter. Merci d’avance. Julie

  8. MITERNIQUE Christelle dit :

    Votre site est une source inépuisable de réconfort et de solutions.
    Merci, tout simplement…

  9. Di dit :

    Merci beaucoup pour ce fabuleux travail

  1. 2 avril 2015
  2. 7 avril 2015

    […] Pour approfondir, on vous conseille de visionner cette intervention du Dr Catherine Gueguen  qui nous présente un résumé des immenses bienfaits d’une éducation bienveillante, preuves à l’appui. Vous pouvez aussi vous rendre sur le site Apprendre à éduquer. […]

  3. 14 novembre 2015

    […] Un cheminement vers l’éducation bienveillante : ici […]

  4. 6 février 2016

    […] Cet article regroupe des aides pour avancer vers une éducation bienveillante, propice au renforcement des liens sécures. […]

  5. 19 mars 2016

    […] le lâcher prise. Voici quelques phrases à dire pour vous aider (et en voici 17 à éviter). Ce témoignage vous aidera […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *