Une éducation bienveillante et efficace ! : un livre pour passer de la théorie à la pratique

Présentation de l’éditeur

éducation efficace bienveillanteToutes les clés pour une vie de famille épanouie !

En tant que parent, vous vous sentez parfois démuni face aux comportements de votre enfant. Entre ” laxisme ” et ” autorité “, pas facile de trouver le juste équilibre. Pourtant, en éduquant votre enfant de manière bienveillante et sécurisante, vous pouvez dire adieu aux crises et aux conflits. C’est la promesse de L’Education Efficace.
Comment y parvenir ? En appliquant les 10 clés de la méthode développée par Laurence Dudek, qui permet aux adultes de concilier leur désir de ” bien éduquer ” et la bienveillance nécessaire au bien-être et à la singularité de l’enfant, sans renoncer ni à l’un ni à l’autre, et en tenant compte du contexte personnel et familial.
Grâce à de nombreux exemples et cas concrets, cet ouvrage fait le tour des grandes problématiques en matière d’éducation et vous accompagne vers une vie de famille sereine et accomplie

L’autrice : Laurence Dudek est psychothérapeute, praticienne en PNL et en Hypnose Ericksonienne et psychopédagogue.

Les points forts

J’avais beaucoup apprécié le premier ouvrage de Laurence Dudek Parents bienveillants, enfants éveillés: les 10 clés de l’éducation efficace. L’autrice a voulu axer ce nouvel ouvrage sur un aspect plus pratique avec des réponses aux nombreuses questions que se posent les parents qu’elle accompagne sur le quotidien avec les enfants. Ce livre représente une grande aide pour passer de la théorie à la pratique en ce qui concerne l’éducation bienveillante.

Ainsi, Laurence Dudek reprend les 10 clés de son concept d’Éducation Efficace qu’elle illustre à la fois d’éléments théoriques et de problèmes concrets rencontrés par les parents avec leurs enfants :

  • 1.Tout ce que nous faisons, nous avons appris à le faire
  • 2.L’intelligence émotionnelle conditionne notre développement
  • 3.L’adulte n’a pas réponse à tout
  • 4.Toute demande est l’expression d’un besoin
  • 5.Les enfants croient tout ce qu’on leur dit
  • 6.Il n’y a que l’intention qui compte
  • 7.Aucune violence n’est éducative
  • 8.Ni comparaison ni compétition
  • 9.Un amour inconditionnel et une tendresse à toute épreuve
  • 10.Il n’est jamais trop tard pour devenir efficaces

Chaque chapitre expose des éléments théoriques puis se clôt sur une partie Questions d’application.

Par exemple, Laurence Dudek traite des problèmes aussi variées que “Mon enfant de 4 ans refuse de dire bonjour et au revoir aux personnes que nous rencontrons, même aux personnes qu’il connaît très bien (amis, famille)”, “La nounou de mon fils de 4 ans m’a prévenue qu’elle avait trouvé mon fils et un autre enfant du même âge en train de jouer “cul nu”. Mon fils m’a dit qu’ils jouent à “zizi-fesses” en m’expliquant en toute innocence les règles du jeu, qui les fait beaucoup rire.” ou encore “Comment gérer les conflits de fratrie : les enfants qui se chamaillent “pour rien”, qui disent qu’ils se détestent, qui demandent de faire l’arbitre et ne sont jamais satisfaits, qui veulent que l’autre souffre ?”.

Laurence Dudek rappelle explicitement qu’aucune violence ne peut être éducative (quelle que soit la forme que prenne cette violence : mots humiliants, isolement, chantage, menace, tirage d’oreille, fessée…).

Quand un adulte (parent, enseignant, professionnel du soin, éducateur…) a recours à une forme de violence éducative (physique et/ou psychologique), il apprend à l’enfant que la violence est un rapport normal, sain et inévitable dans les relations humaines; qu’il ne peut y avoir que deux positions dans les relations humaines (agresseur dominant ou victime dominée).

Les enfants qui subissent des violences éducatives (y compris dites ordinaires comme les lignes à copier, les claques ou le coin) font bel et bien des apprentissages :

  • ils apprennent à avoir peur des adultes en général et en particulier des personnes en qui ils sont supposés avoir confiance et auprès desquelles ils devraient pouvoir trouver protection et soutien,
  • ils apprennent à avoir mal, à s’endurcir et à ne plus faire confiance à leurs sensations et leurs émotions qui sont pourtant des boussoles internes utiles ,
  • ils apprennent, par imitation, à utiliser la violence sur les faibles et les petits,
  • ils apprennent à confondre l’amour et la violence, à les voir comme compatibles (aimer et faire du mal, être aimé et être victime),
  • ils apprennent à avoir peur des punitions ou à chercher les récompenses plutôt qu’à développer un sens de l’éthique et un sens de la responsabilité individuelle (être contraint, c’est ne pas réfléchir),
  • ils apprennent à éviter les conséquences fâcheuses pour eux sans prendre en conséquence celles qui touchent les autres (ou l’environnement),
  • ils apprennent à mentir et à se cacher (la sagesse populaire ne nous dit-elle pas à juste titre : “Quand le chat n’est pas là, les souris dansent”).

Quand elle rentre dans les détails, la psychologue explique par exemple pourquoi les jeunes enfants jettent les objets par terre.Quand un bébé de huit à dix mois jette des objets par terre du haut de sa chaise ou hors de son parc, puis demande qu’un adulte les lui ramasse avant de les jeter à nouveau (parfois de plus en plus loin et de plus en plus fort), beaucoup de parents finissent par s’énerver parce qu’ils considèrent que cet enfant les cherche, le fait exprès pour se jouer d’eux.

Pourtant ce comportement de « tout jeter » est tout sauf anormal et fait partie du processus de développement de tous les bébés :

  • le bébé se rend compte qu’il est possible de se séparer des objets, puis de les retrouver;
  • l’enfant exerce sa motricité en lançant, en attrapant et en cherchant visuellement quelque chose qui disparaît;
  • le bébé comprend, à travers la disparition puis la réapparition de l’objet, la séparation d’avec sa maman et le fait qu’elle peut revenir, même quand il ne la voit plus.

Ainsi, quand l’enfant pleure si personnes ne ramasse son jouet, ce n’est pas « un caprice » mais une manifestation de son angoisse de séparation. C’est aussi la raison pour laquelle l’enfant s’apaise immédiatement quand l’objet lui est rendu.

L’éducateur a tout intérêt à fonder son interprétation d’un comportement, si indésirable soit-il, sur le principe de cette intention positive afin d’y réagir avec efficacité et sans violence. – Laurence Dudek

On ressort de la lecture de cet ouvrage avec des ressources à la fois théoriques sur le développement de l’enfant et ses besoins mais aussi pratico-pratiques et applicables au quotidien. L’idée n’est pas d’avoir des recettes prêtes à l’emploi mais d’apprendre à raisonner autrement (notamment en termes de besoins des enfants) pour pouvoir faire autrement. Une phrase efficace que Laurence Dudek nous propose de garder en tête repose sur le principe d’égalité : « Quoi qu’il arrive, je ne penserai/dirai/ferai plus désormais quoi que ce soit à un enfant que je n’accepterai pas que lui pense/dise/fasse avec moi. »

Un livre à destination des parents d’enfants de 1 ans à 12 ans.

…………………………..
Une éducation bienveillante et efficace ! de Laurence Dudek (éditions First) est disponible en centre culturel, en librairie ou sur internet.

Commander Une éducation bienveillante et efficace ! sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac