Les violences psychologiques s’inscrivent aussi dans le corps.

Les violences psychologiques s'inscrivent aussi dans le corps.

Anne-Laure Buffet est spécialisée dans l’accompagnement des victimes de violences psychologiques. Dans son livre Les prisons familiales (Comprendre et agir), elle rappelle l’importance que les douleurs psychiques et physiques sont généralement indissociables chez la victime de violence psychologique.

Pour une personne victime de violences psychologiques (adultes ou enfants), les émotions sont interdites par le bourreau ou bien les émotions sont perçues comme dangereuses par la victime elle-même. Quand elle est sous emprise, la victime n’est pas autorisée à les exprimer ni même à en avoir. Elle doit les ignorer ou les refouler, par peur de la réaction du bourreau.

Or les émotions refoulées se « stockent » dans une ou plusieurs parties de l’organisme, constituant ainsi un danger physiologique. Anne-Laure Buffet regrette que de nombreuses victimes adultes agissent de la même manière avec leurs sensations physiques qu’avec leurs émotions. Même quand elles souffrent physiquement, elles disent : « Pour le moment, il faut que je tienne, je m’en occuperai plus tard… .

Anne-Laure Buffet remarque que, en ignorant leurs douleurs physiques, les victimes les aggravent. Par ailleurs, cette coupure avec les émotions et cette ignorance des douleurs aggravent la capacité physique à réagir en privant de la boussole interne qui dit ce qui est bon ou mauvais pour soi mais également en affaiblissant le corps.

Comment s’accepter et déterminer ses besoins et ses limites lorsque l’on n’est que souffrance, dépendance à un traitement, lorsque l’on se sent diminué(e), fragile, exclu(e) du monde ?- Anne-Laure Buffet

Ainsi, on comprend que les douleurs psychiques et physiques sont généralement indissociables.

Travailler à la fois sur les sensations et les émotions est primordial sur le chemin pour se retrouver en cas de violences psychologiques. Au cours de la guérison, les émotions sont apprivoisées, comprises et mieux adaptées aux différentes situations à venir. La victime peut alors ressentir à nouveau physiquement ses émotions.

Pour Anne-Laure Buffet, se retrouver soi-même après avoir été sous l’emprise de violences psychologiques, c’est modifier ses questionnement. Elle écrit qu’apprendre à reformuler les questions que nous nous posons sans cesse permet d’accéder à une autre compréhension et à une autre réalité qui nous appartient en propre.

Ainsi les interrogations comme : « Qu’est-ce que j’ai raté ? », « Est-ce que je fais bien ? », « Comment faire plaisir ? », « Qu’est-ce que je peux faire pour l’autre ? », « Suis-je coupable ? » deviennent « Est-ce que cela me convient ? », « Ai-je les capacités pour réussir ? », « Qu’est-ce que cela m’apporte ? », « En quoi est-ce de ma responsabilité ? », « Ai-je envie de le faire ? », « Pour qui/pour quoi vais-je agir ? ».- Anne-Laure Buffet

La guérison, c’est donc s’ouvrir à la liberté de penser et de modifier ses pensées.

>>>Pour aller plus loin, la conférence d’Anne-Laure Buffet : L’emprise, la comprendre pour s’en libérer.

……………………………..

Source : Les prisons familiales (Comprendre et agir) de Anne-Laure Buffet (éditions Eyrolles). Disponible en médiathèque, en librairie ou sur internet.

Commander Les prisons familiales (Comprendre et agir) sur Amazon, sur Decitre, sur Cultura ou sur la Fnac